Procter & Gamble augmente ses tarifs après une nouvelle croissance

Jonathan Weiss / Shutterstock.com

Les producteurs FMCG peuvent à peine satisfaire la demande. Après un nouveau trimestre marqué par une croissance supérieure aux prévisions, Procter & Gamble (P&G) a décidé d’augmenter ses tarifs.

 

Chiffre d’affaires en hausse constante

La pandémie incite toujours les consommateurs à consommer chez eux, et les producteurs FMCG le savent. Procter & Gamble surpasse les attentes des analystes depuis quatre trimestres maintenant, et le premier trimestre 2021 n’a pas fait exception. Le fabricant de Gilette et de Dash a vu son chiffre d’affaires progresser de 5% à 18,1 milliards de dollars (15,07 milliards d’euros), malgré des volumes stables.


Le bénéfice net s’est ainsi établi à 3,3 milliards de dollars (2,75 milliards d’euros), en hausse de 12% par rapport aux 3 milliards de dollars de l’an dernier. Le bénéfice ajusté par action a ainsi atteint 1,26 dollar, +13% par rapport au premier trimestre de 2020. Les analystes tablaient en moyenne sur 1,19 dollar par action.

 

Les prix s’envolent

Malgré cette hausse des marges, P&G annonce une nouvelle augmentation de ses prix à la consommation. La forte demande maintient la pression sur la chaîne d’approvisionnement, tandis que l’incertitude du côté de l’offre – pensez à la pandémie et au blocage du canal de Suez par un porte-containers – fait grimper les prix des matières premières. 


Les produits de soins pour bébés, de soins féminins et d’incontinence pour les adultes vont augmenter à partir de septembre. La hausse effective variera selon la marque, mais elle sera comprise entre 5 et 10%. Coca-Cola, des groupes brassicoles et Kimberley-Clark avaient déjà annoncé des hausses de prix pour protéger leurs marges, rapporte NBC News.


Pour l’exercice financier en cours, P&G prévoit une croissance du chiffre d’affaires de 5 à 6%. Le taux de croissance sur base autonome devraient suivre le même chemin. Le bénéfice par action devrait gagner 8 à 10%, à en croire les prévisions du management. Le groupe va également racheter pour quelque 11 milliards de dollars d’actions cette année, soit un milliard de plus que prévu.