La chaîne de jardineries Oh! Green recherche un nouveau partenaire

La chaîne de jardineries Oh! Green recherche un nouveau partenaire

Récemment la chaîne de jardineries Oh! Green s’est mise en quête d’un nouveau partenaire et a fait appel à la société de bourse Petercam comme conseiller. Les deux familles actionnaires Hubert et de Munck, qui détiennent un tiers des actions, souhaitent rester actives au sein de l’entreprise, rapporte le journal De Tijd.

De nombreux candidats

Le secteur belge des jardineries est un marché  extrêmement morcelé, d’où l’intérêt manifesté par de nombreux candidats industriels et financiers pour la reprise de la chaîne Oh !Green, en vue d’une consolidation. Actuellement la Belgique compte pas moins de 600 jardineries différentes.


Ainsi l’année dernière l’enseigne de bricolage Hubo a racheté la chaîne de jardineries anversoise Van Gastel. Le but étant de développer, en plus du groupe existant, une deuxième chaîne à part entière, tant par le  biais de reprises que par l’ouverture de nouveaux magasins. A terme celle-ci devrait compter une soixantaine de magasins.


Mais Hubo n’est pas le seul à avoir d’ambitieux projets : Rudi De Kerpel du groupe Eurotuin souhaite augmenter son chiffre d’affaires de 10 à 25 millions d’euros dans les trois années à venir. Par ailleurs la chaîne néerlandaise Intratuin et le groupe français Jardiland ont également jeté leur dévolu sur la Belgique. La concurrence s’annonce donc rude.


Cinq points de vente et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires

Suite au mauvais temps et à la crise, les jardineries traversent une période difficile ces derniers mois. Le temps pluvieux ne se prête guère au jardinage et la crise incite les consommateurs à postposer leurs achats. D’autres par contre prétendent que la crise n’a pas d’impact sur ces petites dépenses consacrées aux loisirs du jardinage.


Outre les actionnaires familiaux, deux sociétés d’investissement Pentahold et E-Capital détiennent chacune un tiers des actions d’Oh !Green. Depuis 2008 ils s’efforcent de développer l’entreprise, qui compte actuellement cinq points de vente et réalise un chiffre d’affaires consolidé d’environ 30 millions d’euros. La chaîne vise une expansion tant en Flandre qu’en Wallonie.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Finalisation de la reprise de Bricorama par Les Mousquetaires

05/01/2018

La reprise de la chaîne de bricolage Bricorama par le groupement de franchisés Les Mousquetaires a été approuvée par l’Autorité de la concurrence française.  Les Mousquetaires deviennent ainsi le numéro trois sur le marché français du bricolage.

Brico exige 7 millions d’un franchisé bruxellois

05/01/2018

Brico a entrepris un recours en justice contre un de ses franchisés.  La chaîne de bricolage exige sept millions d’euros du franchisé bruxellois Benimmo et a déjà obtenu la démission de ses dirigeants.

Patrick Vandenbogaerde à nouveau aux commandes de Brico

05/12/2017

Patrick Vandenbogaerde a été désigné comme nouveau managing director de la chaîne DIY Brico. Son prédécesseur Dieter Struye quittera l’entreprise au mois de février.

Le différend entre Intergamma et Bricorama se poursuit

01/12/2017

Les problèmes chez Intergamma concernant les actions de l’entreprise CRH ne sont toujours pas résolus et le différend avec l’actionnaire français Bricorama semble déraper complètement.  Ce dernier souhaite que le Ondernemingskamer intervienne.

Comment l’e-commerce attise la concurrence dans le secteur DIY

02/11/2017

Elargissant l’assortiment de leurs webshops respectifs, les grandes chaînes de bricolage se livrent à une féroce concurrence sur internet aussi. L’impact des pure players reste encore relativement limité mais la donne est en train de changer.

Le géant du bricolage Kingfisher à la peine

21/09/2017

Durant le 1er semestre Kingfisher, le numéro un du bricolage en Europe, a généré davantage de bénéfice qu’attendu par les analystes. Voilà pour la bonne nouvelle, car la faiblesse de la livre sterling affecte le CA et les filiales françaises déçoivent.

Back to top