Les fiançailles de Kingfisher & Mr. Bricolage compromises

Les fiançailles de Kingfisher & Mr. Bricolage compromises

Il y a de l’eau dans le gaz entre le groupe britannique de DIY Kingfisher et l’enseigne française Mr. Bricolage. A tel point que la reprise annoncée en grande fanfare l’an dernier, risque d’être annulée.

Déjà fiancés depuis près d’un an

Il y a un an on apprenait que le britannique Kingfisher avait jeté son dévolu sur le français Mr. Bricolage. Les Britanniques envisageaient de racheter les parts des deux principaux actionnaires, l’ANPF (41,9% du capital) et la famille Tabur (26,3%), au prix de 15 euros par action.


Mais l’Autorité de la concurrence française a très vite émis de sérieuses réserves concernant ce projet, car en France Kingfisher est déjà propriétaire de Castorama et de Brico Dépôt. Le gendarme français de la concurrence craignait donc que le groupe, suite à cette reprise, n’occupe une position trop dominante sur le marché. Pour obtenir le feu vert, la nouvelle entité devrait se séparer de 15 à 60 magasins.


« Trop de concessions à l’autorité de la concurrence »

Or cette opération ne se déroule pas comme le voudrait le conseil d’administration de Mr. Bricolage : celui-ci s’est réuni le 20 mars dernier et considère que « les engagements pris par  Kingfisher dans le cadre du processus de rachat nuisent gravement aux intérêts » de Mr. Bricolage et de ses actionnaires français.


Non seulement la chaîne devrait céder un nombre élevé de magasins sous enseigne Mr. Bricolage et Les Briconautes, mais elle devrait également résilier une série d’accords avec des affiliés indépendants (opérant sous leur propre nom), « et ce au-delà de ce qui avait été anticipé par les parties », indique le groupe français dans un communiqué. 

 

‘Madame Bricolage’ se rendra-t-elle au tribunal ?

Suite à cette ‘déclaration de guerre’ de la France, Kingfisher a annoncé officiellement ne pas être d’accord avec la décision du conseil d’administration de Mr. Bricolage. Tout ceci pourrait donc remettre en cause la reprise. Selon le site britannique RetailWeek, Kingfisher envisagerait même une procédure juridique. Entretemps la cotation de l’action de Mr. Bricolage a été suspendue à la bourse de Paris.


La Française Véronique Laury, surnommée Mme Bricolage dans les médias français, a repris les commandes de Kingfisher fin janvier et se trouve donc d’emblée devant une mission difficile. Laury est active dans le secteur depuis 26 ans déjà et dirigeait Castorama lorsqu’elle a été appelée à Londres par la maison-mère, afin d’y remplacer le CEO Ian Cheshire, l’architecte des projets de reprise français. Après sept années à la tête de Kingfisher, Cheshire estimait le temps venu de passer le flambeau.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Patrick Vandenbogaerde à nouveau aux commandes de Brico

05/12/2017

Patrick Vandenbogaerde a été désigné comme nouveau managing director de la chaîne DIY Brico. Son prédécesseur Dieter Struye quittera l’entreprise au mois de février.

Le différend entre Intergamma et Bricorama se poursuit

01/12/2017

Les problèmes chez Intergamma concernant les actions de l’entreprise CRH ne sont toujours pas résolus et le différend avec l’actionnaire français Bricorama semble déraper complètement.  Ce dernier souhaite que le Ondernemingskamer intervienne.

Comment l’e-commerce attise la concurrence dans le secteur DIY

02/11/2017

Elargissant l’assortiment de leurs webshops respectifs, les grandes chaînes de bricolage se livrent à une féroce concurrence sur internet aussi. L’impact des pure players reste encore relativement limité mais la donne est en train de changer.

Le géant du bricolage Kingfisher à la peine

21/09/2017

Durant le 1er semestre Kingfisher, le numéro un du bricolage en Europe, a généré davantage de bénéfice qu’attendu par les analystes. Voilà pour la bonne nouvelle, car la faiblesse de la livre sterling affecte le CA et les filiales françaises déçoivent.

Nouveau directeur pour Gamma Belgique

14/09/2017

Après le départ de Rudi Petit-Jean, Gamma Belgique a décidé de désigner un directeur ad interim en la personne de Werner Van Gansbeke, qui depuis sept ans déjà travaille au sein de l’enseigne de bricolage.

Bricorama ne souhaite pas vendre Gamma

01/09/2017

L’entreprise de bricolage française Bricorama n’a pas l’intention de vendre les magasins belges et néerlandais de l’enseigne Gamma.  Cela faisait un certain temps que des rumeurs circulaient.  Aujourd’hui, elles ont été formellement démenties.

Back to top