Les fiançailles de Kingfisher & Mr. Bricolage compromises

Les fiançailles de Kingfisher & Mr. Bricolage compromises

Il y a de l’eau dans le gaz entre le groupe britannique de DIY Kingfisher et l’enseigne française Mr. Bricolage. A tel point que la reprise annoncée en grande fanfare l’an dernier, risque d’être annulée.

Déjà fiancés depuis près d’un an

Il y a un an on apprenait que le britannique Kingfisher avait jeté son dévolu sur le français Mr. Bricolage. Les Britanniques envisageaient de racheter les parts des deux principaux actionnaires, l’ANPF (41,9% du capital) et la famille Tabur (26,3%), au prix de 15 euros par action.


Mais l’Autorité de la concurrence française a très vite émis de sérieuses réserves concernant ce projet, car en France Kingfisher est déjà propriétaire de Castorama et de Brico Dépôt. Le gendarme français de la concurrence craignait donc que le groupe, suite à cette reprise, n’occupe une position trop dominante sur le marché. Pour obtenir le feu vert, la nouvelle entité devrait se séparer de 15 à 60 magasins.


« Trop de concessions à l’autorité de la concurrence »

Or cette opération ne se déroule pas comme le voudrait le conseil d’administration de Mr. Bricolage : celui-ci s’est réuni le 20 mars dernier et considère que « les engagements pris par  Kingfisher dans le cadre du processus de rachat nuisent gravement aux intérêts » de Mr. Bricolage et de ses actionnaires français.


Non seulement la chaîne devrait céder un nombre élevé de magasins sous enseigne Mr. Bricolage et Les Briconautes, mais elle devrait également résilier une série d’accords avec des affiliés indépendants (opérant sous leur propre nom), « et ce au-delà de ce qui avait été anticipé par les parties », indique le groupe français dans un communiqué. 

 

‘Madame Bricolage’ se rendra-t-elle au tribunal ?

Suite à cette ‘déclaration de guerre’ de la France, Kingfisher a annoncé officiellement ne pas être d’accord avec la décision du conseil d’administration de Mr. Bricolage. Tout ceci pourrait donc remettre en cause la reprise. Selon le site britannique RetailWeek, Kingfisher envisagerait même une procédure juridique. Entretemps la cotation de l’action de Mr. Bricolage a été suspendue à la bourse de Paris.


La Française Véronique Laury, surnommée Mme Bricolage dans les médias français, a repris les commandes de Kingfisher fin janvier et se trouve donc d’emblée devant une mission difficile. Laury est active dans le secteur depuis 26 ans déjà et dirigeait Castorama lorsqu’elle a été appelée à Londres par la maison-mère, afin d’y remplacer le CEO Ian Cheshire, l’architecte des projets de reprise français. Après sept années à la tête de Kingfisher, Cheshire estimait le temps venu de passer le flambeau.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Brico met fin à son action épargne pour cause de fraude

01/08/2017

La chaîne de bricolage Brico a décidé de stopper son action épargne après la découverte d’une fraude massive aux timbres. Test-Achat estime que Brico aurait dû mieux traiter le problème, l’invitant à se focaliser sur les fraudeurs. 

Intergamma : agitation après la défection du plus gros actionnaire

01/08/2017

Le groupe irlandais CRH, qui détient tout juste moins de 50% des parts de la chaîne de magasins de bricolage Intergamma, a fait part de son souhait de les vendre. Les autres actionnaires ne disposent pas de solution satisfaisante pour l’avenir. 

Gamma lance une nouvelle application

03/07/2017

L’enseigne de bricolage Gamma a lancé une nouvelle application mobile qui, en plus de ses points de service et son webshop, doit soutenir sa stratégie numérique.

BigMat ouvre sa première filiale bruxelloise

03/07/2017

L'enseigne de bricolage BigMat a ouvert sa première filiale à Bruxelles, dans la rue Arthur Maes à Haren plus précisément. Jusqu’à présent, la chaîne était uniquement présente en Wallonie.

La coopérative Menouquin s’affilie au groupe Hagebau

10/05/2017

Afin de poursuivre son développement, Menouquin, la plus grande coopérative belge dans le domaine de l’outillage, de la quincaillerie et du bricolage, s’affilie à la coopérative allemande Hagebau.

La Région flamande à son tour interdit l’utilisation de Roundup (mais pas la vente)

27/04/2017

Quelques mois après la Wallonie, la Flandre à son tour veut interdire l’utilisation de Roundup et d’autres herbicides à base de glyphosate. Bizarrement le produit restera en vente dans les magasins.

Back to top