Fusion en vue entre P&G Benelux et France

Fusion en vue entre P&G Benelux et France

Une fusion se prépare entre le département France et Benelux du plus grand producteur mondial de produits ménagers Procter & Gamble. D’autre part  Polman, CEO d’Unilever est pressenti comme successeur potentiel de l’actuel CEO Alan Lafley, qui la semaine dernière inopinément a fait son retour chez P&G.

Fusion en juillet 2014

La fusion révélée en primeur par le magazine professionnel français LSA, a été confirmée depuis : le 1er juillet 2014 P&G Benelux et P&G France ne feront plus qu’un. L’actuel CEO de la branche française, Loïc Tassel, devrait diriger cette nouvelle combinaison et tant que general manager et vice-président. Le chiffre d’affaires communs devrait avoisiner les 4 milliards d’euros, ce qui équivaut à  une huitième place au classement des filiales P&G au niveau mondial.


Pour les consommateurs et les retailers cette fusion  – de nature juridique avant tout – sera à peine perceptible. Il n’y aurait pas de licenciements et les différents sites resteront opérationnels (avec entre autres un labo de recherche dans la région bruxelloise). Néanmoins toute cette opération vise également une économie des coûts et une amélioration de l’efficacité, précise P&G.


Patron d’Unilever, succeseur de Lafley ?

Entre-temps le nom de Paul Polman, CEO d’Unilever, circule comme successeur potentiel d’Alan Lafley chez Procter & Gamble. Le ‘mythique’ Lafley remplace depuis peu Bob McDonald, mais – selon les analystes – le  retour de Lafley à la tête du groupe serait d’ordre temporaire.


Dans ce scénario l’actuel patron d’Unilever figurerait en tête de liste : avant de rejoindre Nestlé et ensuite Unilever, Polman fut actif durant 27 ans chez P&G, où l’homme était considéré comme un proche collaborateur de Lafley.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: