Grands noms de la parfumerie française condamnés à 40 millions d’euros d’amende

Grands noms de la parfumerie française condamnés à 40 millions d’euros d’amende

Treize marques de luxe  et trois groupes de distribution en parfumerie, parmi lesquels des grands noms tels Chanel, L’Oréal et Séphora, ont été condamnés par la Cour d’appel de Paris à une amende de plus de 40 millions d’euros pour entente illicite sur les prix.

Des faits datant de 1997 à 2000

Les faits remontent aux années  1997 à 2000. Durant cette période de grands noms de la parfumerie  imposaient à leurs distributeurs un « prix public  indicatif »  et fixaient une remise maximale que les vendeurs étaient autorisés à pratiquer. Selon l’Autorité  de la concurrence française, les entreprises mises en cause avaient créé une sorte de « police des prix », mettant les commerçants rétifs sous pression et  les menaçant de représailles commerciales.

 

Parmi les producteurs de parfum condamnés figurent des grands noms tels, Beauté Prestige International (Jean-Paul Gaultier et Issey Miyake), Chanel, Parfums Christian Dior, Comptoir nouveau de la parfumerie (Hermès), ELCO (Clinique et Estée Lauder), Parfums Givenchy et Kenzo Parfums (appartenant tous deux à LVMH), Guerlain,  L'Oréal Produits de luxe France, Pacific Création Parfums (Lolita Lempicka), Shiseido France, Thierry Mugler Parfums (Clarance Fragrance Group) et YSL Beauté.


Un combat judiciaire acharné

En mars 2006 le Conseil de la concurrence avait  déjà imposé aux parfumeurs une amende de 46,2 millions d’euros, mais les entreprises incriminées ne s’étaient  pas résignées à cette amende, ce qui a déclenché un véritable combat judiciaire. Les parfumeurs ont contesté cette décision auprès de la Cour d’appel. Au grand mécontentement du ministère des affaires économiques qui  décide alors de s’adresser à la Cour de cassation.


En 2010 la Cour de cassation demande que l’affaire soit rejugée par la Cour d’appel de Paris. A présent le juge a confirmé la condamnation des entreprises, mais l’amende a été réduite à 40,2 millions d’euros.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les médicaments sur ordonnance également disponibles sur le webshop de Multipharma

24/10/2017

Multipharma a élargi ses services sur son webshop : outre les produits pharmaceutiques et les médicaments ne nécessitant pas de prescription, les clients peuvent désormais y réserver des médicaments disponibles uniquement sur ordonnance.

Repositionnement radical pour Di

19/10/2017

Le spécialiste des produits de soins et de beauté Di veut se positionner en tant que marque forte grâce à un programme d’investissement ambitieux. Décor épuré, assortiment exclusif, e-shop et stratégie de communication plus dynamique. 

Zalando se lance dans les cosmétiques

18/10/2017

D'ici le printemps 2018 Zalando vendra également des cosmétiques sur son webshop, à commencer par l’Allemagne. En outre, l’e-tailer a publié ses résultats trimestriels et annonce une croissance du chiffre d’affaires de près de 30%.

Dollar Shave Club débarquera en Europe en 2018

10/10/2017

Dollar Shave Club compte faire son entrée en Europe l’an prochain. Le service d’abonnement pour rasoirs, détenu par Unilever, connaît déjà un franc succès aux Etats-Unis.

Essity : « Nos produits ont une utilité quotidienne »

05/10/2017

Ne dites plus SCA Hygiene mais Essity. Le fabricant de marques telles que Tena, Tork, Tempo, Lotus, Okay et Demak’Up renforce son attention sur l’hygiène et la santé. Le marché de l’incontinence offre le plus gros potentiel de croissance. 

Etos arrive en Belgique grâce à la fusion Ahold-Delhaize

18/09/2017

La chaîne de droguerie Etos va profiter de la fusion entre sa société-mère, l’entreprise néerlandaise Ahold, et l’entreprise belge Delhaize.  Les produits Etos pourront ainsi être vendus en Belgique, en Grèce et en Roumanie, notamment.

Back to top