Henkel prévoit une croissance organique de 3 à 5% en 2015

Henkel prévoit une croissance organique de 3 à 5% en 2015

Pour 2015 le groupe allemand Henkel table sur une croissance de son chiffre d’affaires comprise entre 3 et 5%. C’est ce qu’a annoncé le CEO Kasper Rorsted (photo) lors de l’assemblée générale annuelle. Au programme également des reprises.

« 2015 sera une année remplie de défis »

Dans son discours lors de l’assemblée générale annuelle Rorsted a évoqué les « conditions économiques difficiles » durant l’exercice fiscal 2014 : « Nous sommes très satisfaits de nos performances. Nous avons atteint nos objectifs financiers pour 2014. » L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 16,43 milliards d’euros en 2014 (dont plus de 450 millions d’euros au Benelux).


« 2015 sera une année remplie de défis pour Henkel », a annoncé le CEO. « La volatilité du marché actuel perdurera. Nous prévoyons que le dollar américain continuera de monter par rapport à l’euro,  alors que les devises émergentes s’affaibliront probablement. Vu le conflit persistant entre la Russie et l’Ukraine, nous nous attendons à ce que l’Europe de l’Est stagne et que la pression sur l’économie russe et les devises se poursuive. »


Néanmoins Rorsted a précisé qu’il n’était nullement question d’un retrait de ces deux pays : « Le conflit entre les deux pays influence les entreprises qui y opèrent. Toutefois nous poursuivrons nos activités dans les deux pays. Nous y avons réalisé une énorme croissance et nous croyons fortement en l’avenir des deux pays. »


Malgré ces conditions économiques difficiles, Rorsted confirme le pronostic pour l’exercice en cours : « Nous tablons sur une croissance organique du chiffre d’affaires de 3 à 5% pour l’année fiscale 2015 et un rendement ajusté d’environ 16%. »


Offre de rachat de Wella (P&G) en préparation ?

Par ailleurs une rumeur circule selon laquelle Henkel préparerait une offre de plusieurs milliards en vue de racheter Wella, la marque de soins capillaires du groupe américain Procter & Gamble. Ce dernier a racheté la marque en 2003 pour un montant de 5,5 milliards d’euros, mais n’est pas parvenu à en faire une marque mondiale. C’est pourquoi P&G, à l’occasion d’une récente réorganisation de son portefeuille, a décidé de céder la marque. Outre Henkel, Revlon et Coty seraient également candidats au rachat de Wella. Pour l’instant Henkel s’est refusé à tout commentaire à ce sujet.


En revanche la reprise de Novamelt – fournisseur allemand de résines, colles et  adhésifs – par Henkel a été confirmée officiellement. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué. Novamelt sera intégré dans la branche ‘Adhesive Technologies’ de Henkel, division qui en 2014 a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards d’euros.

 

 

Tags: