Kimberly-Clark : bénéfice en hausse et croissance organique | RetailDetail

Kimberly-Clark : bénéfice en hausse et croissance organique

Kimberly-Clark : bénéfice en hausse et croissance organique

Au cours du premier trimestre Kimberly-Clark, le fabricant américain de Huggies et Kleenex, a vu son chiffre d’affaires comparable augmenter de 4%. Le chiffre d’affaires total s’établit à 5,3 milliards de dollars et le bénéfice net s’élève à 538 millions de dollars.

Chiffre d’affaires comparable en progression de 4%

« Nous avons réalisé un excellent premier trimestre, avec une belle croissance organique et une sérieuse économie au niveau des coûts », déclare le CEO de Kimberly-Clark, Thomas J. Falk. Durant le premier trimestre le groupe a su augmenter son bénéfice net de plus de 1 ,3% à 538 millions de dollars (près de 400 millions d’euros), grâce notamment à un programme de maîtrise des coûts, qui a permis d’économiser 70 millions de dollars.


A périmètre constant, le fabricant américain a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 4% (3% grâce à la croissance des volumes, 1% grâce à la hausse des prix). Toutefois suite aux effets de change défavorables et au changement de stratégie en Europe, le chiffre d’affaires a finalement reculé de près de 1% à 5,278 milliards d’euros (environ 3,8 milliards d’euros).


Langes et mouchoirs en papier

La majeure partie du chiffre d’affaires de Kimberly-Clark provient de deux catégories : Personal Care (avec les langes jetables Huggies) et Consumer Tissue (notamment les mouchoirs en papier Kleenex), qui représentent respectivement un chiffre d’affaires de 2,38 milliards de dollars et 1,69 milliard de dollars.


L’année dernière le groupe a fait part de son intention de se séparer de sa branche médicale, qui fabrique notamment des masques chirurgicaux et des cathéters. Falk espère finaliser l’opération au cours du deuxième semestre de cette année.

 

En octobre 2012 le groupe annonçait également une grande réorganisation de ses activités en Europe de l’Ouest et Centrale, notamment par le retrait des couches Huggies dans la plupart des pays (excepté l’Italie) et par la restructuration de la division des ‘tissues’. Ce business représentait jusqu’alors un demi-milliard de dollars, mais ne contribuait guère au bénéfice d’exploitation. Jusqu’à présent toute cette opération de restructuration aura coûté environ 390 millions de dollars, indique l’entreprise.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les supermarchés peuvent concurrencer les pharmacies

17/07/2018

La Ministre de la Santé Maggie De Block planche sur un arrêté royal autorisant la vente de dispositifs médicaux dans les supermarchés. Les retailers réagissent positivement, les pharmaciens sont critiques.

L’expansion continue de Kruidvat porte ses fruits

03/07/2018

L’an dernier la chaîne de droguerie Kruidvat a vu progresser ses ventes de 4,7% en Belgique. Depuis quelques années déjà la chaîne poursuit sa croissance dans notre pays, et ce grâce à l’ouverture continue de nouveaux magasins.

La marque culte Aesop débarque à Anvers

04/06/2018

La marque de soins de beauté australienne Aesop ouvrira bientôt sa propre boutique à Anvers, dans un ancien bar à jus situé dans la Nationalestraat.

A.S. Watson (Kruidvat) lance la pharmacie en ligne PharmaXpert.be

28/05/2018

Grâce au lancement de sa propre pharmacie en ligne PharmaXpert.be, le propriétaire de Kruidvat peut désormais vendre des médicaments sans prescription à des prix avantageux en Belgique.

Henkel résiste malgré des conditions de marché incertaines

09/05/2018

Malgré des effets de change défavorables et des problèmes logistiques aux Etats-Unis, Henkel fait état d’une évolution positive au 1er trimestre. La division ‘adhésifs’ a réalisé de meilleures performances que les divisions ‘détergents’ et ‘beauté’.

Pourquoi Ecover ne participe pas à la guerre des promotions

04/05/2018

Le pionnier écologique Ecover veut retrouver son âme rebelle des débuts. La marque lance une nouvelle bouteille de liquide vaisselle avec l’appui d’une campagne télévisée. Son ambition ? Dynamiser la croissance dans des catégories sous pression.