L’Oréal tire profit de la faiblesse de l’euro | RetailDetail

L’Oréal tire profit de la faiblesse de l’euro

L’Oréal tire profit de la faiblesse de l’euro

Au cours  du 1er trimestre le géant français des cosmétiques L’Oréal a enregistré un chiffre d’affaires en forte progression. Pourtant on observe un ralentissement de la croissance, surtout dans le segment des marques grand public.

Ralentissement de la croissance

Le numéro un mondial des cosmétiques a vu son chiffre d’affaires progresser de 14,1% à 6,44 milliards d’euros au premier trimestre. Toutefois ce bond en avant est attribuable en grande partie à la faiblesse de l’euro, car à taux de change constants la croissance se limite à +5,2% et à données comparables à +4%. Même si le groupe dépasse les attentes des analystes, qui tablaient sur +3,6%, la croissance est néanmoins inférieure de près d’un point de pourcentage par rapport à la hausse de +4,9% du dernier trimestre 2014.


Le ralentissement de la croissance est le plus marqué dans le segment des Produits Grand Public , avec des marques comme L'Oréal Paris, Garnier et Maybelline. Suite aux résultats décevants aux Etats-Unis et en Chine, la croissance organique de cette division s’est limitée à 1,7%. En revanche le chiffre d’affaires de la chaîne de cosmétiques The Body Shop est passé de 176,4 à 192,4 millions d’euros, soit une hausse de +4% à données comparables.


La branche ‘Luxe’, qui comprend notamment les marques Lancôme, Saint Laurent, Armani et Kiehl's affiche d’excellentes performances : avec une croissance organique de 7,5% cette division fait mieux que la croissance de +6% des marques Dior, Guerlain et Givenchy du groupe LVMH. La division ‘Cosmétique Active’ (La Roche Posay et Vichy) a enregistré la plus forte croissance avec +7,6%. Le segment des ‘Produits Professionnels’ est en croissance de +3,5%.


Au niveau géographique les ventes en Europe de l’Ouest ont connu « un démarrage lent en ce début d’année » avec une croissance d’à peine 1,3%. Aux Etats-Unis L’Oréal progresse de 2,4% et sur les marchés émergents de +7,5%. On observe même une croissance à deux chiffres dans les zones Afrique & Moyen-Orient (+11,3%) et Amérique latine (+10%).


Malgré cette croissance ralentie, le PDG du groupe Jean-Paul Agon confirme ses prévisions de croissance comprise entre 3,5 et 4% pour l’ensemble de l’année 2015.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Henkel résiste malgré des conditions de marché incertaines

09/05/2018

Malgré des effets de change défavorables et des problèmes logistiques aux Etats-Unis, Henkel fait état d’une évolution positive au 1er trimestre. La division ‘adhésifs’ a réalisé de meilleures performances que les divisions ‘détergents’ et ‘beauté’.

Pourquoi Ecover ne participe pas à la guerre des promotions

04/05/2018

Le pionnier écologique Ecover veut retrouver son âme rebelle des débuts. La marque lance une nouvelle bouteille de liquide vaisselle avec l’appui d’une campagne télévisée. Son ambition ? Dynamiser la croissance dans des catégories sous pression.

P&G vise des emballages 100% recyclables d’ici 2030

17/04/2018

Les objectifs de durabilité pour 2020 étant déjà en grande partie atteints, Procter & Gamble annonce  de nouveaux objectifs environnementaux pour 2030. D’ici là, entre autres, tous les emballages devraient être recyclables ou réutilisables.

L’Europe plaide pour une interdiction mondiale de l’expérimentation animale dans les cosmétiques

27/02/2018

Certains membres du Parlement européen plaident pour une interdiction mondiale des tests pratiqués sur des animaux dans l’industrie des cosmétiques. Cette interdiction est déjà valable en Europe depuis 2013.

Unilever menace les médias en ligne de retirer ses annonces publicitaires

12/02/2018

Unilever menace de retirer ses publicités sur des plateformes en ligne, qui manquent de transparence et engendrent la division. C’est ce qu’a laissé entendre le responsable marketing Keith Weed lors du congrès pour annonceurs IAB.

Les marques de luxe propulsent le bénéfice de L’Oréal

09/02/2018

Malgré une croissance modeste du CA en 2017, la société française de cosmétiques L’Oréal a néanmoins enregistré une forte progression de son résultat net.  Cela s’explique par la bonne performance du segment du luxe, où les marges sont plus élevées.