Les supermarchés acceptent des amendes jusqu'à 36 millions d'euros dans une affaire de cartel | RetailDetail

Les supermarchés acceptent des amendes jusqu'à 36 millions d'euros dans une affaire de cartel

Les supermarchés acceptent des amendes jusqu'à 36 millions d'euros dans une affaire de cartel

La plupart des chaînes de supermarchés belges et quelques fabricants de produits de droguerie ont signé une déclaration de l’Autorité belge de la Concurrence, par laquelle ils admettent avoir enfreint les règles de la concurrence durant la période 2002-2007.

Des amendes allant jusqu’à 36 millions d’euros

Les infractions concerneraient les produits de droguerie, parfumerie et hygiène. Ainsi, des hausses de prix de produits de marque auraient été coordonnées durant la période 2002-2007. Les producteurs jouaient le rôle d’intermédiaire.

 

Carrefour écope de la plus lourde amende, 36,4 millions d’euros.  Mais Delhaize, Cora, Intermarché, Makro et Mestdagh, eux aussi, se sont vus infliger des amendes allant de 1,7 millions d’euros à 24,9 millions d’euros.  Plusieurs fabricants ont également été sanctionnés, dont Procter & Gamble qui écope d'une amende de 29 millions d’euros.  Colgate-Palmolive qui a lancé l’alerte en 2007, bénéficie d’une exonération totale d’amende.

 

« Pas d’accords sur les prix »

Colruyt annonce avoir également signé la déclaration et accepte de payer une amende de 31,6 millions d’euros.  Ce montant sera déduit du résultat net de l’exercice 2014/2015.  Colruyt rajoute toutefois ne pas avoir conclu d’accords sur les prix avec les distributeurs et les fournisseurs.

 

« Nous devons admettre qu’il y a 10 ans, nos procédures de contrôle internes n’étaient pas aussi perfectionnées qu’aujourd’hui pour pouvoir garantir à 100% que des pressions externes n’ont pas pu influencer le fonctionnement autonome du secrétariat des prix, » précise Frans Colruyt, COO Retail de Colruyt Group.  « Mais nous voulons néanmoins souligner que notre secrétariat des prix a toujours veillé à ce que Colruyt puisse garantir son engagement des prix les plus bas. »

 

Frans Colruyt ajoute que la chaîne a toujours collaboré à l’enquête qui a débuté en 2007. En signant cette transaction, Colruyt renonce à une procédure judiciaire qui aurait duré des années.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Henkel résiste malgré des conditions de marché incertaines

09/05/2018

Malgré des effets de change défavorables et des problèmes logistiques aux Etats-Unis, Henkel fait état d’une évolution positive au 1er trimestre. La division ‘adhésifs’ a réalisé de meilleures performances que les divisions ‘détergents’ et ‘beauté’.

Pourquoi Ecover ne participe pas à la guerre des promotions

04/05/2018

Le pionnier écologique Ecover veut retrouver son âme rebelle des débuts. La marque lance une nouvelle bouteille de liquide vaisselle avec l’appui d’une campagne télévisée. Son ambition ? Dynamiser la croissance dans des catégories sous pression.

P&G vise des emballages 100% recyclables d’ici 2030

17/04/2018

Les objectifs de durabilité pour 2020 étant déjà en grande partie atteints, Procter & Gamble annonce  de nouveaux objectifs environnementaux pour 2030. D’ici là, entre autres, tous les emballages devraient être recyclables ou réutilisables.

L’Europe plaide pour une interdiction mondiale de l’expérimentation animale dans les cosmétiques

27/02/2018

Certains membres du Parlement européen plaident pour une interdiction mondiale des tests pratiqués sur des animaux dans l’industrie des cosmétiques. Cette interdiction est déjà valable en Europe depuis 2013.

Unilever menace les médias en ligne de retirer ses annonces publicitaires

12/02/2018

Unilever menace de retirer ses publicités sur des plateformes en ligne, qui manquent de transparence et engendrent la division. C’est ce qu’a laissé entendre le responsable marketing Keith Weed lors du congrès pour annonceurs IAB.

Les marques de luxe propulsent le bénéfice de L’Oréal

09/02/2018

Malgré une croissance modeste du CA en 2017, la société française de cosmétiques L’Oréal a néanmoins enregistré une forte progression de son résultat net.  Cela s’explique par la bonne performance du segment du luxe, où les marges sont plus élevées.