La société mère de MediaMarkt sérieusement dans le rouge

La société mère de MediaMarkt sérieusement dans le rouge
Photo : Shutterstock.com

Ceconomy, la société mère des chaînes de magasins d’électronique MediaMarkt et Saturn, a enregistré un trimestre très difficile. Suite à la fermeture forcée de nombreux magasins, le chiffre d’affaires a fortement chuté et le groupe a subi une lourde perte.

 

Un bon départ

Au dernier trimestre, le chiffre d’affaires de Ceconomy a dégringolé de 7,7 %, pour atteindre 4,6 milliards d’euros. Pourtant, lors de la publication des résultats, la société estimait que l’année avait bien commencé, avec une croissance du chiffre d’affaires ajusté de 3,7 % en janvier et février. Mais la crise du coronavirus en a décidé autrement.

 

Le verrouillage de nombreux marchés européens a toutefois provoqué une véritable explosion des commandes en ligne : le chiffre d’affaires du commerce électronique pur (c’est-à-dire sans enlèvement en magasin) a pratiquement doublé en mars (+ 98 %). Sur l’ensemble du trimestre, les ventes en ligne ont augmenté de près de 23 % pour atteindre 859 millions d’euros, mais cela n’a pas suffi à compenser la perte des ventes dans les magasins physiques.

 

Perte de 131 millions

En raison de la crise, Ceconomy est dans le rouge. La société a accusé une perte d’exploitation ajustée de 131 millions d’euros ; à la même période l’année dernière, le bénéfice d’exploitation ajusté était encore de 26 millions d’euros.

 

Le sévère impact de la crise du coronavirus sur le groupe d’électronique est devenu évident dès la fin du mois de mars, lorsque le groupe a fait appel au soutien des autorités allemandes. Ceconomy a reçu un total de 1,7 milliard d’euros sous forme de crédits, majoritairement accordés par la KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau), la banque publique d’investissement allemande. 340 millions d’euros ont été financés par d’autres prêteurs. Une condition du prêt est que Ceconomy suspende tous les dividendes pendant la durée de la facilité de crédit.

 

L’entreprise économise également sur les frais de marketing et de personnel : selon Het Laatste Nieuws, l’effectif a diminué de près de 6 % sur une base annuelle. Le conseil d’administration a également annoncé qu’il supprimerait une série de primes à la performance pour l’exercice en cours.