Le ‘voice commerce’ représente à peine 0,5% du e-commerce

Le ‘voice commerce’, c-à-d le shopping via une enceinte intelligente, telle qu’Amazon Echo, a du mal à percer. Alors qu’ eMarketer estimait que près d’un tiers des utilisateurs adopteraient cette pratique en 2019, ils sont en fait moins de 1%.


Pas 31%, mais 1% seulement

Selon eMarketer, en 2019 les Américains seront 74,2 millions à utiliser des enceintes intelligentes au moins une fois par mois, soit une hausse de 15% par rapport à 2018. Pas moins de 63,3% d’entre eux auront recours à un appareil d’Amazon. C’est moins que la part de marché de 66,6% d’Amazon cette année : bien que la percée annoncée du ‘voice commerce’ se fasse attendre et que Google Home soit loin de talonner Amazon, le géant technologique constitue néanmoins une menace grandissante.


Reste à voir si cette percée aura bien lieu : visiblement les nombreux trendwatchers et analystes (dont ceux d’eMarkerter), qui avaient prédit l’explosion du ‘voice commerce’ pour 2018, se sont un peu trop emballés. Selon eux, les enceintes à commandes vocales, dont les applications sont de plus en plus intelligentes et diverses, auraient leur place attitrée dans nos maisons dès 2018. La concurrence accrue entre Amazon Echo et Google Home devait y contribuer.


A présent le pronostic, selon lequel en 2019 environ 31% des utilisateurs feraient leur shopping via leur enceinte intelligente, semble bien trop optimiste. En 2018 le ‘voice commerce’ aux Etats-Unis a généré un chiffre d’affaire d’à peine 2,1 milliards de dollars et représente donc moins de 0,5% de l’ensemble des ventes online américaines … et ce alors que dernièrement Amazon prétendait que son enceinte Echo commençait à faire partie intégrante des fêtes de fin d’année.


Bon nombre de voice-shoppers décrochent

Mais cette évolution plus lente que prévue du voice-commerce, peut être l’occasion pour les retailers de se joindre au mouvement et d’améliorer l’expérience d’achat : de fait, bien qu’en 2018 environ 37% des utilisateurs américains aient eu recours à leur enceinte intelligente pour des activités liées au shopping, ils sont beaucoup moins nombreux à avoir effectivement effectué un achat.


L’expérience d’achat peut donc très certainement être améliorée et les marques doivent davantage promouvoir leurs apps de ‘voice commerce’, selon eMarekter. Même s’il n’est pas encore question d’une révolution vocale, le mouvement finira certainement par décoller, estime eMarketer. Ou peut-être pas … l’avenir nous le dira.