Les employés de MediaMarkt en grève pour de meilleures conditions de travail

Shutterstock.com

Le MediaMarkt de Leeuw-Saint-Pierre est resté fermé vendredi dernier. Par cette action, le personnel en grève voulait dénoncer la surcharge de travail et le manque de personnel. Ils exigent des actions concrètes de la part de la direction du Benelux, basée aux Pays-Bas.

 

Moyen de pression ultime

Selon Youssef Haddad, le représentant syndical de la CNE, les travailleurs sont à bout. « On espérait ne pas avoir à la faire, mais nous n’avons pas eu le choix », a-t-il expliqué à RTL. « C’est le seul moyen de faire entendre la voix des travailleurs et montrer leur désarroi. » En raison de cette action, les grilles du MediaMarkt de Leeuw-Saint-Pierre sont restées fermées toute la journée de vendredi dernier.

 

Les employés et le syndicat reprochent à la direction la surcharge de travail et le manque de personnel. « Ça fait des mois qu’on tire la sonnette d’alarme, mais il n’y a pas d’action de la part de la direction », a déclaré Youssef Haddad. En raison de la pression croissante, plusieurs employés seraient en burn-out.

 

Selon le syndicat, les problèmes ne se limitent pas à Leeuw-Saint-Pierre : le malaise est général. L’année dernière, le retailer a annoncé un plan de restructuration prévoyant la suppression de quelque 450 emplois dans le Benelux d’ici 2023. Les conséquences se font déjà sentir, selon Youssef Haddad, car les départs ne sont pas remplacés.

 

Benelux

Depuis le 1er avril et la fusion de MediaMarkt Belux avec la branche néerlandaise de la chaîne d’électro, MediaMarkt Belgium n’a plus de direction distincte. Cette nouvelle direction ne tiendrait pas suffisamment compte de la législation belge et voudrait imposer les mêmes conditions de travail qu’aux Pays-Bas, affirme le représentant syndical.

 

Au début du mois dernier, une grève avait déjà éclaté au MediaMarkt du centre commercial Docks Bruxsel en raison du mécontentement suscité par le plan de restructuration et la manière dont les employés seront licenciés. Les syndicats estiment que ces licenciements devraient avoir lieu dans le cadre de la « procédure Renault » prévue par la législation belge. Mais la direction du Benelux basée aux Pays-Bas n’est pas d’accord, et les salariés concernés reçoivent une indemnité inférieure à celle prévue par la loi belge.

 

La grève de Leeuw-Saint-Pierre a donné lieu à une réunion entre le syndicat CNE et des représentants de la chaîne de magasins. « Ils s’engagent à prendre les problèmes à bras le corps et à prendre toutes les mesures nécessaires. Une rencontre est prévue la semaine prochaine avec Comeos et un plan d’action sera mis en place », a déclaré Youssef Haddad.