Apple empoche 92% du bénéfice du secteur, avec une part de marché de 20%

Apple empoche 92% du bénéfice du secteur, avec une part de marché de 20%

Selon une étude, Apple empocherait 92% du bénéfice total généré par les quelque mille producteurs de smartphones dans le monde, et ce grâce à ses marges bénéficiaires particulièrement élevées, car le fabricant d’iPhones ne détient qu’une part de marché de 20%.

92% pour Apple , 15% pour Samsung

Ces chiffres surprenants figurent dans un rapport de la banque Canaccord Genuity. Bien que quelque mille fabricants soient actifs sur le marché des smartphones, seuls deux d’entre eux semblent encaisser tous les bénéfices : Apple et son éternel rival Samsung. Apple rafle 92% du bénéfice total, alors que Samsung doit se contenter de 15%.


Etant donné que les deux géants représentent 100%, cela signifie donc que la plupart des autres fabricants sont déficitaires (ou dans le meilleur des cas ‘break-even’). Ainsi Microsoft par exemple essuierait une perte de -4%, selon Canaccord Genuity : rien d’étonnant donc à ce que Microsoft ait abandonné sa division mobile dernièrement.


Cependant il faut préciser que le rapport ne tient compte que du bénéfice généré par la vente de smartphones et non pas des revenus provenant de produits annexes, notamment les ventes d’applications payantes (chez Xiaomi et Microsoft par exemple) ou encore la production de composantes pour d’autres fabricants de smartphones (comme Samsung, qui est un fournisseur important pour … l’iPhone).

 

Comeback de Nokia via une licence de marque

Rappelons toutefois que lorsqu’Apple a lancé son tout premier iPhone sur le marché en 2007, plus de deux tiers des bénéfices du marché des GSM atterrissaient encore dans les caisses de Nokia. L’entreprise finlandaise fut le plus grand fabricant de GSM durant 14 ans, mais a totalement raté le train des smartphones.


Mais les Finlandais semblent ambitionner un comeback :  dans un communiqué de presse Nokia parle d’un retour « au plus tôt au quatrième trimestre 2016 », au moment où l’accord de licence avec Microsoft  (conclu lors de la vente de la branche des smartphones) expirera. Le porte-parole du groupe suggère ainsi que Nokia délaisserait le système d’exploitation de Windows au profit d’Android. Quoi qu’il en soit Nokia ne se chargera pas lui-même de la production – le groupe ne possède plus d’usines –, mais accordera plutôt une ‘licence de marque’ à un fabricant, comme ce fut déjà le cas  pour la tablette Nokia N1 Android.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


12 ans de prison requis contre le vice-président de Samsung

07/08/2017

Dans l’affaire de corruption qui éclabousse Samsung, les procureurs ont requis 12 ans de réclusion à l’encontre Jay Y. Lee, ancien vice-président mais dirigeant réel du géant sud-coréen. Il est accusé de corruption et de détournement de fonds.

Analyse : Que réserve l’avenir pour Vanden Borre et BCC ?

27/07/2017

Quel sera l’impact du deal entre Ceconomy (MediaMarkt) et Fnac Darty au Benelux ? Des changements radicaux s’annoncent très certainement, suite à ce mouvement de consolidation dans le secteur de l'électronique.

Ceconomy (Media Markt) acquiert un quart de Fnac Darty

26/07/2017

Ceconomy, la nouvelle division de l’ancien Metro Group, dont font partie Media Markt et Saturn, a racheté 24,3% des actions de Fnac Darty. Ces actions étaient aux mains de la famille Pinault.

Un duo à la tête de Fnac Darty

17/07/2017

Le groupe Fnac Darty prépare la succession de l’actuel dirigeant, Alexandre Bompard, qui demain rejoindra Carrrefour pour y exercer sa nouvelle fonction de CEO. Il sera probablement remplacé pour un duo.

Bénéfice record pour Samsung grâce à son nouveau produit phare

07/07/2017

Durant le trimestre écoulé le géant coréen de la technologie Samsung a réalisé des chiffres records, grâce au lancement réussi du Galaxy S8, son nouveau produit phare, et grâce à la demande accrue de puces mémoire.

L’UE veut s’attaquer à l’obsolescence programmée

05/07/2017

Le Parlement européen a adopté une résolution, visant à prolonger la durée de vie de biens de consommation et de software. L’UE entend ainsi lutter contre l’obsolescence programmée.

Back to top