Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les ventes d’Apple continuent de baisser

03/05/2017

Au 2ème trimestre de son exercice, le nombre d’iPhones et d’iPads vendus par Apple a de nouveau baissé. Malgré ce recul, le géant américain a su augmenter son chiffre d’affaires et son bénéfice.

L’expérience client 2.0 selon Media Markt

24/04/2017

Le magasin comme parc d’attraction: avec sa stratégie centrée sur l’expérience client Media Markt cherche à contrer la concurrence online. Dans les magasins pilotes de Wilrijk et Eindhoven les shoppers peuvent tester les derniers gadgets électroniques.

Media Markt présente un tout nouveau concept

18/04/2017

La semaine prochaine l’enseigne d’électronique Media Markt lancera un concept entièrement neuf à Wilrijk (Anvers) et Eindhoven. Cette nouvelle formule comprend notamment un bar à café. Les clients pourront également y tester de nouvelles technologies.

Google souhaite fortement investir dans la production d’écrans LED chez LG

10/04/2017

Google souhaite investir un billion de wons (830 millions d’euros) dans la production d’écrans OLED par l’entreprise de technologie LG.  Ces écrans sont utilisés dans les smartphones mais aujourd’hui, on est souvent confronté à une pénurie.

Samsung affiche de très bons résultats au premier trimestre

07/04/2017

L’entreprise coréenne Samsung a dévoilé les chiffres provisoires du premier trimestre 2017.  Ils sont bien meilleurs que les prévisions des analystes.  Mieux encore, selon Samsung, le trimestre écoulé enregistre les meilleurs résultats depuis trois ans.

Les Belges collectent une quantité record de vieil électro

04/04/2017

En 2016 la population belge a collecté près de 115.000 tonnes d’appareils électro usagés. Un nouveau record. Pourtant il reste des efforts à fournir pour atteindre l’objectif de 2019.

Back to top