Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Départ d'un des dirigeants de Samsung malgré un bénéfice record

13/10/2017

Grâce aux excellents résultats de la division des puces électroniques, l’entreprise sud-coréenne Samsung a enregistré un nouveau bénéfice record au cours du 3ième trimestre. L'un des trois CEO vient pourtant d’annoncer qu'il quitterait l’entreprise.

Fnac-Darty présente son nouveau comité exécutif

12/10/2017

Un peu plus d’un an après la fusion entre Fnac et Darty et quelques mois après le départ plutôt inattendu du CEO Alexandre Bompard pour Carrefour, le groupe de produits culturels et électroniques Fnac-Darty a présenté son nouveau comité exécutif.

Les ventes de PC en recul depuis 12 trimestres consécutifs

12/10/2017

Les ventes de PC ont à nouveau reculé de 3,6% au troisième trimestre.  Selon les calculs du bureau d’études Gartner, cela fait trois ans de suite que le marché est en régression.

L’iPhone X rapporte plus à Samsung que son Galaxy S8

05/10/2017

Chacun sait qu’Apple pour ses écrans et puces fait notamment appel à son rival Samsung. Mais saviez-vous que l’iPhone X rapportera (nettement) plus d’argent au géant sud-coréen que son propre  Galaxy S8 ?

Ceconomy (ex-Metro) affiche une forte progression online

31/08/2017

Céconomy, né de la scission de Metro Group et hébergeant entre autres les activités de Media Markt et Saturn, a vu progresser son chiffre d’affaires d’un peu plus de 1% durant son premier trimestre en tant qu’entité indépendante.

Le fabricant de smartphones HTC va-t-il changer de propriétaire ?

28/08/2017

L’entreprise de technologie taïwanaise HTC recherche un nouveau propriétaire, car elle a de plus en plus de mal à concurrencer les autres acteurs du secteur.

Back to top