Colruyt se lance dans la téléphonie mobile | RetailDetail

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La ‘Schnäppcam’ fait revenir les clients en magasin

16/04/2018

Combattre les webshops semble être une cause perdue pour de nombreux magasins physiques, mais certains retailers ne s’avouent pas vaincus.  Un commerçant en produits électroménagers allemand a trouvé une façon originale pour appâter les clients.

Coolblue livre bien réellement à vélo

03/04/2018

Coolblue lance son propre service de livraison.  Avec CoolblueFietst, le retailer en électronique va livrer ses colis à vélo, et c’est une première.  Ce n’est pourtant pas un poisson d’avril même si le retailer avait fait cette annonce  le 1er avril.

Media Saturn lance le premier magasin sans caisses en Autriche

12/03/2018

Ce lundi Saturn a ouvert le tout premier magasin européen d’électronique sans caisses en Autriche. L’ancienne chaîne de Metro Group fournit les conseils habituels à ses clients lors de l’achat, mais le paiement s’effectue via une app.

Alignement des prix online et offline chez Media Markt

26/02/2018

Ceconomy va aligner les prix online et offline chez Media Markt et Saturn.  Les étiquettes de prix numériques présentes en magasin depuis un certain temps le permettent puisque les prix peuvent être adaptés en temps réel.

La fusion Fnac Darty porte ses fruits

22/02/2018

Le groupe français de produits culturels et électroniques Fnac Darty, qui chapeaute le belge Vanden Borre et le néerlandais BCC, a réalisé de solides performances en 2017 : le chiffre d’affaires a bondi de près de 40%.

La croissance de Ceconomy provient principalement des ventes en ligne

09/02/2018

Ceconomy, la société mère de Media Markt et Saturn, a enregistré une légère hausse de son chiffre d’affaires au premier trimestre de l’exercice en cours grâce à une hausse des ventes en ligne. Toutefois, comme attendu, le bénéfice a chuté.