Colruyt se lance dans la téléphonie mobile | RetailDetail

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Colruyt se lance dans la téléphonie mobile

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Après Carrefour et Aldi (avec Base) et Delhaize (avec Mobistar), Colruyt est en passe de devenir lui aussi opérateur téléphonique virtuel. Colruyt Mobile devrait faire son apparition sur le marché d’ici la fin de l’année, selon le journal francophone l’Echo. Cette information a été confirmée par Colruyt.

Partenariat probable avec Proximus

Le discounter de Hal a fondé une nouvelle société, Colruyt Mobile SA, avec un capital de 1,5 millions d’euros. Cette nouvelle entreprise est pour la moitié aux mains des Etablissements Franz Colruyt SA, l’autre moitié étant la propriété de Colruyt Group Services.

Le groupe de distribution n’a pas encore dévoilé avec quel opérateur il se lancera dans l’aventure mobile, mais selon l’Echo, Colruyt aurait opté pour Proximus (groupe Belgacom). Si l’information est exacte, l’arrivée d’Astrid De Lathauwer chez Colruyt  n’y est pas étrangère. En effet elle a quitté récemment son poste de directrice des ressources humaines et de vice-présidente de Belgacom et siège actuellement au conseil d’administration de Colruyt. Belgacom toutefois n’a pas encore confirmé cette nouvelle.

Gagnant-gagnant pour distributeurs et operateurs

Notre pays compte actuellement une quarantaine d’opérateurs virtuels. Il s’agit d’entreprises qui ne détiennent pas de licence, mais qui commercialisent un service de téléphonie mobile sous leur propre nom, via le réseau d’un opérateur mobile. Outre les médias (JimMobile, VT4, TMF etc.) et les marques branchées comme Red Bull, les supermarchés eux aussi sont très intéressés par ce genre de partenariat : c’est une manière de fidéliser leurs clients, ainsi qu’une source de revenus supplémentaire. Pour les opérateurs mobiles aussi c’est une formule rentable qui leur permet d’attirer des clients dans des segments qu’ils ne parviennent pas à atteindre via leurs canaux classiques.






Quant à savoir ce qu’un tel partenariat peut rapporter financièrement, le nombre d’abonnés qu’il peut générer, c’est un secret bien gardé. Toutefois pour se faire une idée,  il suffit de faire le parallèle avec Carrefour Mobile qui,  selon l’Echo, depuis son partenariat avec Base en 2006, compterait aujourd’hui environ 75.000 clients.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Ceconomy cède sa division russe

21/06/2018

Ceconomy, maison-mère de MediaMarkt, n’est jamais parvenu à percer sur le marché russe. Dès lors le groupe cède ses activités russes à la chaîne d’électronique locale M.video, dans laquelle il prend une participation.

Coolblue réalise un CA de 311 millions d'euros en Belgique

15/06/2018

L’année dernière, le retailer en électronique néerlandais Coolblue a réalisé un CA belge record de 311 millions d’euros. La société annonce l’ouverture de nouveaux dépôts locaux permettant le déploiement d’appareils électroménagers en Wallonie.

Le PDG de LVMH Bernard Arnault injecte des millions dans BackMarket

14/06/2018

La start-up française BackMarket, qui se positionne comme place de marché spécialisée dans les smartphones, tablettes et laptops reconditionnés, vient de lever 41 millions d’euros pour assurer sa croissance.

Coolblue ferme des centaines de webshops

11/06/2018

Le groupe webshop Coolblue va mettre fin à ses centaines de webshops séparés (pensez à smartphonestore.nl ou pdashop.be). Tout sera centralisé sur la page Coolblue, ce qui permettra une extension plus rapide vers d’autres langues et d’autres pays.

Leapp en faillite, espère un redémarrage

11/06/2018

Leapp, le revendeur d’appareils d’occasion de la marque Apple, est en faillite.  Cette nouvelle a été annoncée par le retailer lui-même via son site internet.  Le curateur étudie actuellement les possibilités d’un redémarrage.

Pour Xiaomi la conquête de l’Europe passe par Paris

23/05/2018

Le fabricant de smartphones chinois Xiaomi vient d’ouvrir une boutique physique à Paris. Ainsi la marque poursuit son ambitieux plan d’expansion en Europe, mais rêve également d’un lancement aux Etats-Unis.