Fnac : l’inquiétude augmente | RetailDetail

Fnac : l’inquiétude augmente

Fnac : l’inquiétude augmente

La branche belge de la chaîne française de livres, de multimédias et d’électronique grand public Fnac n’est pas encore sortie de l’auberge :  le chiffre d’affaires continue à  baisser. Le bénéfice que réalise actuellement l’entreprise est attribuable uniquement aux économies de coûts. Aussi les syndicats réclament une concertation avec la direction.

« Les mesures à prendre se font attendre »

Alors qu’en 2011 la branche belge de la Fnac enregistrait encore un chiffre d’affaires de 197,3 millions d’euros, en 2012 celui-ci  chutait  à 193,4 millions d’euros. De plus durant les premiers mois de 2013 on ne constate aucun signe de redressement.


« Nous nous faisons du souci », explique Piet Van De Walle du syndicat chrétien LBC dans un entretien avec le journal De Tijd. Les projets d’amélioration du webshop, d’ouverture de plus petits magasins et d’élargissement de l’offre, n’ont pas encore abouti, déplore le syndicaliste.


Pourtant sur son marché intérieur, la Fnac a fait l’objet de nombreux changements : on y a misé davantage sur le canal online, ouvert de plus petits magasins et élargi l’offre avec notamment des blocs Lego, des jeux éducatifs et des appareils Nespresso. Grâce à ces mesures notamment, les Français ont pu limiter le recul de chiffre d’affaires à 1,8% en 2012.


Crainte de nouvelles restructurations

Ces derniers mois la Fnac Belgique doit son salut uniquement à  la suppression de certains coûts, notamment en sous-traitant sa logistique ou encore en  déménageant son siège central. Aussi  les syndicats craignent une nouvelle réorganisation.


En 2011 la division belge de la Fnac a réalisé un bénéfice net de  413.000 euros. Les années précédentes la perte reportée s’élevait à  9 ,366 millions d’euros. La chaîne s’est vue confrontée à l’arrivée des retailers online de livres et d’électronique grand public.


Sur l’ensemble du chiffre d’affaires, l’électronique grand public représente 55% des ventes, les produits éditoriaux 43% et les services 2%.  99% des ventes sont réalisées dans les 9 filiales de l’entreprise et  1%  via internet. Selon l’enseigne,  l’année dernière 4 millions de personnes auraient  effectué un achat à la Fnac.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Fnac Darty et MediaMarkt Saturn créent une alliance d’achat

16/05/2018

Le groupe d’électronique français Fnac Darty, qui détient notamment le belge Vanden Borre et le néerlandais BCC, a conclu une alliance d’achat avec son concurrent MediaMarkt Saturn.

Amazon et Walmart en lice dans le deal avec Flipkart

03/05/2018

La lutte pour le marché du e-commerce indien s’annonce féroce : Amazon à son tour viserait une participation majoritaire dans Flipkart. Le géant d’internet espère ainsi évincer Walmart, qui avait déjà entamer des discussions avec l’e-tailer indien.

« Amazon est le moins, mais n’offre pas le meilleur service »

26/04/2018

 

Une étude menée par le journal De Standaard sur cent appareils électroménagers identifie clairement Amazon comme étant le moins cher.  Par contre, les clients qui souhaitent un bon service sont mieux lotis chez Coolblue et Media Markt.

Amazon prépare un robot pour la maison

24/04/2018

Amazon travaille sur un projet de robot domestique dans le plus grand secret. Selon l’agence de presse Bloomberg, le géant de la technologie espère faire tester les robots par ses collaborateurs encore cette année, avant de les commercialiser en 2019.

Fnac Darty poursuit sa croissance grâce aux collaborations

23/04/2018

Au 1er trimestre de 2018 le CA du groupe d’électronique Fnac Darty  a connu une légère croissance. Le groupe dit progresser rapidement dans l’implémentation de son plan de redressement: fin 2018 les synergies devraient atteindre 130 millions d’euros.

La ‘Schnäppcam’ fait revenir les clients en magasin

16/04/2018

Combattre les webshops semble être une cause perdue pour de nombreux magasins physiques, mais certains retailers ne s’avouent pas vaincus.  Un commerçant en produits électroménagers allemand a trouvé une façon originale pour appâter les clients.