Fnac : l’inquiétude augmente

Fnac : l’inquiétude augmente

La branche belge de la chaîne française de livres, de multimédias et d’électronique grand public Fnac n’est pas encore sortie de l’auberge :  le chiffre d’affaires continue à  baisser. Le bénéfice que réalise actuellement l’entreprise est attribuable uniquement aux économies de coûts. Aussi les syndicats réclament une concertation avec la direction.

« Les mesures à prendre se font attendre »

Alors qu’en 2011 la branche belge de la Fnac enregistrait encore un chiffre d’affaires de 197,3 millions d’euros, en 2012 celui-ci  chutait  à 193,4 millions d’euros. De plus durant les premiers mois de 2013 on ne constate aucun signe de redressement.


« Nous nous faisons du souci », explique Piet Van De Walle du syndicat chrétien LBC dans un entretien avec le journal De Tijd. Les projets d’amélioration du webshop, d’ouverture de plus petits magasins et d’élargissement de l’offre, n’ont pas encore abouti, déplore le syndicaliste.


Pourtant sur son marché intérieur, la Fnac a fait l’objet de nombreux changements : on y a misé davantage sur le canal online, ouvert de plus petits magasins et élargi l’offre avec notamment des blocs Lego, des jeux éducatifs et des appareils Nespresso. Grâce à ces mesures notamment, les Français ont pu limiter le recul de chiffre d’affaires à 1,8% en 2012.


Crainte de nouvelles restructurations

Ces derniers mois la Fnac Belgique doit son salut uniquement à  la suppression de certains coûts, notamment en sous-traitant sa logistique ou encore en  déménageant son siège central. Aussi  les syndicats craignent une nouvelle réorganisation.


En 2011 la division belge de la Fnac a réalisé un bénéfice net de  413.000 euros. Les années précédentes la perte reportée s’élevait à  9 ,366 millions d’euros. La chaîne s’est vue confrontée à l’arrivée des retailers online de livres et d’électronique grand public.


Sur l’ensemble du chiffre d’affaires, l’électronique grand public représente 55% des ventes, les produits éditoriaux 43% et les services 2%.  99% des ventes sont réalisées dans les 9 filiales de l’entreprise et  1%  via internet. Selon l’enseigne,  l’année dernière 4 millions de personnes auraient  effectué un achat à la Fnac.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Ceconomy (ex-Metro) affiche une forte progression online

31/08/2017

Céconomy, né de la scission de Metro Group et hébergeant entre autres les activités de Media Markt et Saturn, a vu progresser son chiffre d’affaires d’un peu plus de 1% durant son premier trimestre en tant qu’entité indépendante.

Le fabricant de smartphones HTC va-t-il changer de propriétaire ?

28/08/2017

L’entreprise de technologie taïwanaise HTC recherche un nouveau propriétaire, car elle a de plus en plus de mal à concurrencer les autres acteurs du secteur.

12 ans de prison requis contre le vice-président de Samsung

07/08/2017

Dans l’affaire de corruption qui éclabousse Samsung, les procureurs ont requis 12 ans de réclusion à l’encontre Jay Y. Lee, ancien vice-président mais dirigeant réel du géant sud-coréen. Il est accusé de corruption et de détournement de fonds.

Analyse : Que réserve l’avenir pour Vanden Borre et BCC ?

27/07/2017

Quel sera l’impact du deal entre Ceconomy (MediaMarkt) et Fnac Darty au Benelux ? Des changements radicaux s’annoncent très certainement, suite à ce mouvement de consolidation dans le secteur de l'électronique.

Ceconomy (Media Markt) acquiert un quart de Fnac Darty

26/07/2017

Ceconomy, la nouvelle division de l’ancien Metro Group, dont font partie Media Markt et Saturn, a racheté 24,3% des actions de Fnac Darty. Ces actions étaient aux mains de la famille Pinault.

Un duo à la tête de Fnac Darty

17/07/2017

Le groupe Fnac Darty prépare la succession de l’actuel dirigeant, Alexandre Bompard, qui demain rejoindra Carrrefour pour y exercer sa nouvelle fonction de CEO. Il sera probablement remplacé pour un duo.

Back to top