Obsolescence programmée, Test-Achats mène l’enquête

Obsolescence programmée, Test-Achats mène l’enquête

Test-Achats va mener une enquête en Belgique concernant l’obsolescence programmée : des techniques utilisées par les fabricants pour réduire délibérément la durée de vie de leurs produits, afin d’augmenter le taux de remplacement ou de réparation.

Réparations coûteuses

Ces pratiques obligent le consommateur à acheter un nouvel appareil ou à faire effectuer des réparations coûteuses, alors que bien souvent ces réparations sont minimes, voire même inexistantes.


« Pensez à une pompe de machine à lessiver, qui  en réalité  ne coûte que 3 euros, alors que le prix de la réparation peut très vite atteindre les 120 euros.  Les entreprises veillent également à ce que les pièces détachées ne soient pas en vente libre, comme par exemple pour la marque Medion vendue à l’Aldi.  Vous êtes obligés de faire réparer l’appareil chez eux », explique l’économiste d’entreprise allemand Stefan Schridde, qui il y a quelques années a créé une organisation de consommateurs pour contrer de telles pratiques.


En Belgique, Test-Achats va donc tenter de vérifier ces pratiques :  « Nous supposons qu’aujourd’hui, certains appareils ont une durée de vie plus courte qu’il y a quelques années », indique Jorge Peeters, chef du département produits et services, dans le journal De Morgen.  « C’est difficile à prouver, mais cette année nous comptons effectuer des tests sur des machines à lessiver.  Dans cette optique nous allons également collaborer avec nos collègues européens. »

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Tags: