« AB InBev examine la reprise de SABMiller »

« AB InBev examine la reprise de SABMiller »

Le groupe belgo-brésilien AB InBev, numéro un mondial de la bière, envisage de formuler une offre sur son plus grand concurrent, SABMiller, après l’échec du projet de mariage entre SABMiller et le brasseur néerlandais Heineken.

Pas (encore) de négociations de reprise en cours

Les rumeurs concernant un éventuel rachat de SABMiller, le numéro deux sur le marché brassicole, par AB InBev refont régulièrement surface. Selon Wall Street Journal le numéro un mondial serait en pourparlers avec les banques concernant le financement de la reprise de SABMiller.


Le géant belgo-brésilien serait prêt à mettre 75 milliards de livres (95 milliards d’euros) sur table pour le rachat de son concurrent sud-africain (qui a son  siège principal à Londres) : un montant nettement supérieur aux 52 milliards d’euros déboursés par InBev en 2008 dans le cadre de la reprise de l’américain Anheuser-Busch.


Le journal américain précise toutefois que les deux entreprises n’ont pas (encore) entamé les négociations : AB InBev souhaiterait d’abord régler le volet financier avant de formuler une offre concrète.


Echec du projet de mariage avec Heineken

« Nous ne tenons pas réagir face aux rumeurs et aux spéculations », indique AB InBev, tout comme SABMiller qui s’abstient de tout commentaire. Pourtant les analystes estiment que les rumeurs concernant cette reprise sont à prendre au sérieux.

 

Dimanche soir on apprenait inopinément que SABMiller aurait tenté de reprendre le numéro trois du marché brassicole, le néerlandais Heineken. « En réaction aux spéculations dans la presse, Heineken N.V. déclare aujourd’hui qu’il a été approché par SABMiller concernant une éventuelle reprise de Heineken », précisent les Hollandais concernant la récente offre de reprise, qu’ils ont refusé la jugeant « non réalisable ».


SABMiller considère l’offre sur Heineken comme « une tactique défensive visant à évincer le groupe brassicole belgo-brésilien », rapporte l’agence de presse Bloomberg.


Deux groupes complémentaires

AB InBev a dans son portefeuille des marques globales comme Stella, Budweiser et Corona, mais commercialise également au niveau mondial des bières comme la Becks, la Leffe ou encore la Hoegaarden. SABMiller de son côté détient des marques telles que Peroni, Pilsner Urquell, Grolsch, Fosters et Miller.


Au niveau géographique le  duo AB InBev et SABMiller est parfaitement compatible : AB InBev bénéficie d’une forte présence aux Etats-Unis, au Mexique et au Brésil, alors que SABMiller est solidement ancré en Afrique, en Chine et en Australie. Toutefois en cas de reprise les deux groupes seront contraints de céder un certain nombre de marques pour éviter une position dominante sur le marché.


L’année dernière AB InBev a vendu 425,9 millions d’hectolitres de bière, ce qui représente un chiffre d’affaires de 43,2 milliards d’euros. Quant à SABMiller son chiffre d’affaires s’établit à 16,8 milliards d’euros pour 245 millions d’hectolitres de bière vendus. Détail amusant : SABMiller a une bière belge en portefeuille, la St. Stefanus.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Une boîte vide, remplie d’air

08/12/2017

Le supermarché n’est qu’une poubelle remplie de nullités, voilà ce que nous apprenions cette semaine, parmi d’autres infos FMCG captivantes que saint Nicolas nous a apportées dans sa hotte. Voici votre résumé hebdomadaire mitonné par RetailDetail Food!

Walmart ne veut plus être perçu comme un simple magasin

07/12/2017

Le géant américain de la grande distribution Walmart a décidé de changer son nom légal ‘Wal-Mart Stores’ en 'Walmart' tout court, car à l’ère du e-commerce l'enseigne se veut plus qu’une simple chaîne de magasins physiques.

Les frères Mestdagh se retirent de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh

05/12/2017

Les frères Eric et John Mestdagh ont décidé de se retirer de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh à partir de l’été prochain. Ils resteront néanmoins impliqués dans les stratégies à long terme de l’entreprise.

Ahold fait la leçon à Delhaize : il faut innover plus rapidement

05/12/2017

Delhaize doit innover plus rapidement et c’est au directeur d’Albert Heijn, Wouter Kolk, d’apprendre aux Belges comment s’y prendre, affirme Dick Boer, CEO d’Ahold Delhaize dans une interview surprenante, où il évoque également Amazon et bol.com.

La bière d’AB InBev 3% plus chère à partir de l’an prochain

05/12/2017

A partir du 1er janvier les bières d’AB InBev coûteront en moyenne 3,04% plus cher. Pour le secteur de l’horeca la hausse de prix s’élèvera à 3,12% et pour les magasins à 2,83%. Cette mesure concerne l’ensemble de l’assortiment.

Les accises élevées pèsent sur l’industrie alimentaire belge

05/12/2017

L’an dernier l’industrie alimentaire belge a progressé d’environ 3%. Toutefois cette croissance est entièrement attribuable à l’exportation, car sur le marché intérieur on observe un recul de 1,7%, et ce pour la première fois en dix ans.

Back to top