« De gardienne d’enfants à commerçante »

« De gardienne d’enfants à commerçante »
Photo's: Pat Verbruggen

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

En terrain connu

En novembre, cela fera huit ans que Marieke Vermeire et son mari se seront lancés dans l’aventure : exploiter un supermarché en duo ! « Mon mari avait déjà quelques années d’expérience dans le retail, d’abord comme chef de rayon alimentation sèche chez Carrefour Market et plus tard comme directeur de filiale chez Lidl. Je travaillais à l’époque comme gardienne d’enfants, après avoir dû remettre ma garderie suite à notre déménagement de la Flandre orientale au Limbourg. »


Ayant grandi dans le monde de l’horeca, Marieke était pour ainsi dire prédestinée à une carrière d’indépendante. « Les longues heures de travail de mon mari – qui ne lui étaient pas payées en tant qu’employé – combinées à l’isolement social inhérent au métier de gardienne d’enfants ont été les facteurs qui nous ont poussés à nous mettre à notre propre compte. Avec Carrefour, nous étions d’une certaine manière ‘en terrain connu’ et c’est donc à cette enseigne que nous nous sommes adressés en premier lieu pour discuter des possibilités. »
 

Disponibilité

« L’enseigne Express a pour mission première de proposer une solution adaptée au client à chaque moment de la journée », résume Marieke. « Cela suppose une grande disponibilité envers nos clients : le magasin ouvre à 7 h du matin et ne ferme qu’à 20 h. Nous sommes aussi au poste le dimanche et les jours fériés jusqu’à 19 h. Nous sommes même ouverts une grande partie de la journée à la Noël et au Nouvel an. »


La volonté du magasin Express de servir ses clients à tout moment de la journée se traduit également dans l’offre. « Dès 7 h du matin, nous proposons des viennoiseries fraîchement sorties du four, tandis que notre presse à jus de fruits automatique se charge de l’apport en vitamines. Pour le lunch, nous disposons d’un grand choix de salades et de sandwichs garnis frais du jour. Et pour le soir, nous avons une vaste gamme de solutions repas rapides à préparer. »
 

Amabilité et propreté

Sans vouloir se vanter, Marieke nous confie que les clients choisissent avant tout son magasin en raison de l’amabilité du personnel et de la propreté des lieux. « Nous estimons important que notre personnel se sente bien chez nous, car cela se reflète dans leur attitude au travail. Un collaborateur motivé fait aussi plus d’efforts pour garder le magasin bien en ordre et faire un brin de causette avec les clients. »


L’ancrage social dans le quartier est certainement une grande plus-value pour le magasin. « Nos trois enfants sont allés à l’école primaire située à 800 mètres du magasin. L’école et les nombreux parents que nous y avons rencontrés et qui habitent pour la plupart dans le quartier sont entretemps devenus de fidèles clients. » Le rayon fruits et légumes constitue lui aussi un réel atout. Les exploitants veillent rigoureusement sur la qualité. Leur règle est la suivante : « Les produits que nous refuserions d’acheter n’ont pas leur place en rayon. »
 

Situation intéressante

N’y a-t-il pas une trop forte concentration de magasins Carrefour dans la région de Hasselt ? « Même si nous ressentons à chaque fois les effets quand un magasin s’installe aux environs, nous n’avons pour l’instant pas de raison de nous inquiéter. Hasselt compte quatre magasins Express, un Market et deux Hypers. Ça peut paraître beaucoup pour une ville comme Hasselt, mais le Market et les deux Hypers se trouvent de l’autre côté de la ville, et les trois Express sont tous implantés au centre-ville. »


La Luikersteenweg est l’une des voies d’accès à la ville les plus fréquentées, entre l’autoroute et le ring. « Notre magasin attire une clientèle résidentielle, explique Marieke, en raison du fort développement des quartiers d’habitation dans les environs immédiats, mais nous accueillons aussi beaucoup de clients qui font un saut chez nous sur le chemin de la maison ou du travail. Grâce à notre parking, ce qui est assez exceptionnel pour un magasin Express, nous sommes idéalement situés pour cela. »


L’Express de Marieke est en outre quelque peu atypique. « Il y a un monde de différence entre les Express citadins types et notre magasin, qui s’apparente plutôt à un petit supermarché. Notre assortiment est naturellement adapté à cette superficie plus vaste, mais les clients ne comprennent pas toujours pourquoi un Hyper ou un Market vend un article et pas nous. Nous ne pouvons évidemment pas présenter autant de références, mais pour nos clients fidèles, nous sommes toujours prêts à commander certains articles afin de leur éviter de se rendre ailleurs. »
 

Box repas

Un magasin alimentaire comme le sien doit-il craindre les développements en cours sur Internet ? « L’enseigne Express teste activement la plate-forme Bringr de bpost, qui fonctionne selon le principe de l’offre et de la demande », nous explique Marieke. « Le magasin introduit une demande de livraison en ligne ; les particuliers peuvent ensuite se proposer comme chauffeur et sont indemnisés par course. » Le test se limite pour l’instant à Anvers, Gand et Bruxelles ; ce service n’est donc pas encore disponible à Hasselt.


Cette solution s’avère surtout intéressante pour les magasins citadins dépourvus de parking, estime Marieke. « Un magasin Express comme le nôtre peut malgré tout apporter sa pierre à l’édifice avec la Simply You Box. Le client compose sa box repas en ligne. Il a le choix parmi neuf recettes, élaborées à partir d’ingrédients frais et de qualité ; chaque box contient trois recettes. Le client choisit également le jour, l’heure et le lieu de livraison. Il peut aller retirer son colis dans le magasin de son choix, y compris dans certains magasins Express comme le nôtre. » 
 

À l’écoute

Qu’est-ce que Marieke trouve de si plaisant à l’idée de travailler dans un magasin d’alimentation ? « Je n’ai pas regretté une seconde d’avoir quitté mon emploi de gardienne d’enfants pour prendre la direction d’un magasin alimentaire. Pour commencer, j’ai beaucoup plus d’interactions sociales qu’avant. Comme nous tenons un magasin d’alimentation, nous avons beaucoup de clients fidèles qui nous rendent visite chaque jour, voire plusieurs fois par jour. Pour certains clients, nous sommes les seules personnes avec qui ils sont en contact au quotidien. On voit bien que cela leur fait plaisir de pouvoir parler et d’avoir quelqu’un qui les écoute. »

 

Galerie de photos

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Comment améliorer l’expérience en magasin, selon JBC

14/12/2017

Ce jeudi, JBC a ouvert son Innovation Lab sur le Campus Corda à Hasselt. L’enseigne de mode y teste  des capteurs de mouvement, des messages personnalisés in-store, un printshop pop-up et un totem à feedback.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

Back to top