« Des calamars à base d’anus de porc », dixit une parlementaire néerlandaise | RetailDetail

« Des calamars à base d’anus de porc », dixit une parlementaire néerlandaise

« Des calamars à base d’anus de porc », dixit une parlementaire néerlandaise

« Les calamars, je n’en mange plus qu’au littoral. Ces rondelles de poulpe frit semblent être régulièrement préparées à base d’anus de porc ». Voilà l’affirmation pour le moins choquante émise par Esther de Lange, politicienne néerlandaise et rapporteur de fraude alimentaire au Parlement européen.

La fraude alimentaire, « un problème structurel et croissant »

Ce qui a longtemps été considéré comme un mythe, semble pourtant contenir un fond de vérité, affirme la politicienne néerlandaise : parfois les calamars ne sont pas des rondelles de poulpe, mais des anus de porc. Esther de Lange est convaincue que les divers scandales alimentaires de ces dernières années (la viande de cheval dans des lasagnes de bœuf, des œufs soi-disant bio, … etc.) ne sont pas des incidents isolés.


Une étude du Parlement européen démontre que la fraude alimentaire constitue un problème structurel et croissant en UE. L’huile d’olive serait le produit le plus concerné par ces fraudes, suivie par le poisson et les produits biologiques. Aux top-10 des aliments les plus problématiques figurent également le miel, les épices et le vin.


Crime organisé, souvent impuni

La fraude alimentaire est une activité très lucrative, qui prend souvent la forme de crime organisé. « Cela rend le problème de la fraude alimentaire encore plus préoccupant, outre les risques qu’elle représente pour le consommateur », souligne Esther de Lange dans le journal néerlandais BN De Stem. Pourtant le but  de la politicienne n’est pas de semer la panique : « Un Européen court 260 fois plus de risques de mourir d’une grippe que d’un aliment frauduleux. »

 

Selon de Lange les possibilités de saisir les fraudeurs sont trop limitées : « Bien que la chaîne alimentaire soit internationale, les contrôles se limitent généralement au niveau national. La lutte contre la fraude alimentaire est lacunaire. Les sanctions actuelles ne sont guère dissuasives, car les amendes sont souvent inférieures aux gains que génère la fraude ». Par ailleurs « les investigations sont bien trop timides. Les inspecteurs devraient travailler comme des agents de police. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un tourbillon de mauvaises nouvelles

22/06/2018

Malgré les tentatives de nombreux retailers alimentaires pour camoufler leur actualité morose, Filet Pur est néanmoins parvenu à la débusquer. Voici le résumé hebdomadaire, quelque peu douloureux mais toujours très instructif, de RetailDetail Food!

Panos remplace la carte client par une app

21/06/2018

La chaîne de sandwicheries Panos a digitalisé son programme client : adieu à la carte en plastique, bienvenue à l’app. « A court terme nous espérons via ce canal atteindre et faire la connaissance de 150.000 clients », indique l’enseigne.

Kellogg’s accusé d’emballage trompeur

21/06/2018

Test-Achats a déposé une plainte auprès du SPF Economie contre Kellogg’s. L’organisation de défense des consommateurs estime que l’information sur les emballages des barres de céréales aux fruits rouges Special K est trompeuse.

La cherté de l’alimentation pousse le consommateur au-delà de la frontière

20/06/2018

Tandis que l’exportation de produits alimentaires belges est en plein boom, la consommation sur le marché intérieur est en baisse vu l’augmentation des prix. Une tendance inquiétante, estime l’industrie : le gouvernement doit intervenir.

Les fans de bière aventureux mettent les petits brasseurs au défi

20/06/2018

La consommation mondiale de ‘craft beer’ continue son ascension, mais pour les amateurs de bières spéciales artisanales la fidélité à la marque est une notion toute relative. De quoi mettre les producteurs au défi.

Albert Frère goûte aux fricandelles Vanreusel

20/06/2018

Ergon, un fonds d’investissement qui fait partie du holding GBL, a pris une participation dans Beltaste, l’entreprise derrière le fabricant de fricandelles Vanreusel. Ce dernier recherchait un partenaire financier depuis un certain temps déjà.