« L’ancienneté a des conséquences perverses », selon le directeur RH de Colruyt | RetailDetail

« L’ancienneté a des conséquences perverses », selon le directeur RH de Colruyt

« L’ancienneté a des conséquences perverses », selon le directeur RH de Colruyt

Dans une interview accordée au journal De Tijd, le directeur du personnel de Colruyt, Koen Demaesschalck, plaide pour une réduction des hausses salariales liées à l’ancienneté. Un point de vue que ne partagent nullement les syndicats.

« Les travailleurs plus âgés coûtent trop chers »

Dans cette interview Demaesschalck, directeur de la division RH du Groupe Colruyt, affirme que le système qui prévoit que les travailleurs ayant plus d’ancienneté gagnent toujours plus, n’est plus tenable. Chez Colruyt un employé ayant 20 ans d’ancienneté gagne jusqu’à 25% de plus qu’un employé qui débute.


« Rémunérer les travailleurs sur base de leur ancienneté n’est pas un bon système. Il n’est pas logique qu’un employé touche son salaire le plus élevé en fin de carrière. Son salaire devrait plafonner sur base de sa productivité et diminuer vers la fin. »


Même si Demaesschalck ne voit aucune objection à récompenser la fidélité à l’entreprise, il estime toutefois que « la forme et l’ampleur des primes liées à l’ancienneté ont des conséquences perverses. Les travailleurs plus âgés coûtent trop chers. C’est une situation néfaste tant au niveau social qu’ économique. »


Epargne-temps ou faire un pas en arrière

Dans sa vision à long terme le directeur RH souhaite récompenser la fidélité à l’entreprise plutôt via le salaire variable que via le salaire fixe et plaide également pour l’épargne- temps. Ce système permet à l’employé d’épargner ses heures supplémentaires et les jours de congé qu’il n’a pas pris pour sa fin de carrière : « L’épargne-temps offre aux employés plus âgés la possibilité de travailler à 4/5 sans perte de salaire. »


Demaesschalck est bien conscient que cela nécessite un changement de mentalité chez les employés : « Sur ce plan je constate un revirement dans notre entreprise. Certains collaborateurs ayant travaillé au plus haut niveau, contribuent différemment à l’entreprise durant les dernières années de leur carrière. » Ainsi quatre anciens directeurs de Colruyt, âgés de 55 à 62 ans, ont délibérément opté pour une fonction moins élevée, avec une réduction de salaire.


Les syndicats fermement opposés  

Les syndicats pour leur part sont totalement opposés à l’idée de  Demaesschalck. Selon la Confédération Nationale des Cadres (CNC), l’indexation des salaires « est un système tout à fait équitable qui permet d’éviter qu’un employé après plusieurs années ne travaille pour un salaire trop bas. »


Erwin De Deyn du syndicat BBTK estime lui aussi que le système actuel d’ancienneté doit être maintenu. « Prétendre que les systèmes barémiques sont pervers, est totalement aberrant. La plupart des systèmes barémiques ont une durée d’une vingtaine d’années avec une augmentation annuelle de 1% en moyenne, mais généralement la tension est plus grande les dix premières années que dans la deuxième partie. Il est donc totalement faux de croire que les employés plus âgés surtout  sont  avantagés en fin de carrière. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Des poses torrides dans le rayon des produits frais

20/04/2018

Les experts météorologiques de RetailDetail Food prévoient déjà un été torride pour le secteur des FMCG.  Pourquoi ?  C’est ce que dévoile sans détours notre aperçu hebdomadaire sérieusement épicé.

Heineken et Bavaria cherchent leur bonheur hors Europe

19/04/2018

Les groupes brassicoles Heineken et Bavaria enregistrent des chiffres de vente en hausse sur un marché européen de la bière pourtant en difficulté.  Bavaria a réalisé un CA record l’an dernier, tandis que le volume de Heineken a augmenté de 4,3% au trimestre précédent.

Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.

Greenyard se charge de la logistique des produits frais pour les magasins Carrefour indépendants

19/04/2018

Une collaboration exclusive entre Carrefour Belgium et le fournisseur de produits frais Greenyard a pour but d’élever le niveau de l’offre de produits frais dans les points de vente de plus petite taille.