« L’ancienneté a des conséquences perverses », selon le directeur RH de Colruyt

« L’ancienneté a des conséquences perverses », selon le directeur RH de Colruyt

Dans une interview accordée au journal De Tijd, le directeur du personnel de Colruyt, Koen Demaesschalck, plaide pour une réduction des hausses salariales liées à l’ancienneté. Un point de vue que ne partagent nullement les syndicats.

« Les travailleurs plus âgés coûtent trop chers »

Dans cette interview Demaesschalck, directeur de la division RH du Groupe Colruyt, affirme que le système qui prévoit que les travailleurs ayant plus d’ancienneté gagnent toujours plus, n’est plus tenable. Chez Colruyt un employé ayant 20 ans d’ancienneté gagne jusqu’à 25% de plus qu’un employé qui débute.


« Rémunérer les travailleurs sur base de leur ancienneté n’est pas un bon système. Il n’est pas logique qu’un employé touche son salaire le plus élevé en fin de carrière. Son salaire devrait plafonner sur base de sa productivité et diminuer vers la fin. »


Même si Demaesschalck ne voit aucune objection à récompenser la fidélité à l’entreprise, il estime toutefois que « la forme et l’ampleur des primes liées à l’ancienneté ont des conséquences perverses. Les travailleurs plus âgés coûtent trop chers. C’est une situation néfaste tant au niveau social qu’ économique. »


Epargne-temps ou faire un pas en arrière

Dans sa vision à long terme le directeur RH souhaite récompenser la fidélité à l’entreprise plutôt via le salaire variable que via le salaire fixe et plaide également pour l’épargne- temps. Ce système permet à l’employé d’épargner ses heures supplémentaires et les jours de congé qu’il n’a pas pris pour sa fin de carrière : « L’épargne-temps offre aux employés plus âgés la possibilité de travailler à 4/5 sans perte de salaire. »


Demaesschalck est bien conscient que cela nécessite un changement de mentalité chez les employés : « Sur ce plan je constate un revirement dans notre entreprise. Certains collaborateurs ayant travaillé au plus haut niveau, contribuent différemment à l’entreprise durant les dernières années de leur carrière. » Ainsi quatre anciens directeurs de Colruyt, âgés de 55 à 62 ans, ont délibérément opté pour une fonction moins élevée, avec une réduction de salaire.


Les syndicats fermement opposés  

Les syndicats pour leur part sont totalement opposés à l’idée de  Demaesschalck. Selon la Confédération Nationale des Cadres (CNC), l’indexation des salaires « est un système tout à fait équitable qui permet d’éviter qu’un employé après plusieurs années ne travaille pour un salaire trop bas. »


Erwin De Deyn du syndicat BBTK estime lui aussi que le système actuel d’ancienneté doit être maintenu. « Prétendre que les systèmes barémiques sont pervers, est totalement aberrant. La plupart des systèmes barémiques ont une durée d’une vingtaine d’années avec une augmentation annuelle de 1% en moyenne, mais généralement la tension est plus grande les dix premières années que dans la deuxième partie. Il est donc totalement faux de croire que les employés plus âgés surtout  sont  avantagés en fin de carrière. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top