« Le cacao est trop bon marché », selon le baromètre du cacao 2015

« Le cacao est trop bon marché », selon le baromètre du cacao 2015

Selon le baromètre du cacao, une initiative d’organisations européennes de développement durable, le prix du cacao doit augmenter afin de rentabiliser la production des cultivateurs de cacao, qui souvent vivent dans des conditions de pauvreté extrême.

Quelques entreprises dominent le marché

Les prix bas du cacao s’expliquent par différents facteurs : ainsi de nombreux programmes de durabilité visent une augmentation de la production de cacao, ce qui peut résulter en une surproduction, qui ensuite entraînera une baisse des prix.


Par ailleurs le marché du chocolat est dominé par quelques grandes entreprises. Les sociétés de transformation de cacao Barry Callebaut et Cargill contrôlent à elles deux 70 à 80% du marché de transformation. Seuls six fabricants de chocolat (notamment Mars et Mondelez) détiennent 40% de leur marché. De par cette position dominante ils peuvent déterminer le prix du cacao et augmenter leurs  gains.


Selon le baromètre du cacao, le cultivateur fait un bénéfice de 6,6% sur la vente de son cacao. Dans un stade suivant le producteur y ajoute 35,2% et une fois dans les rayons du magasin le prix du chocolat augmente encore de 44,2%.


Les cultivateurs vivent sous le seuil de pauvreté

De nombreux cultivateurs d’Afrique de l’Ouest vivent sous le seuil de pauvreté. Ainsi un paysan de Côte d’Ivoire, principal pays producteur de cacao, devrait gagner quatre fois plus pour atteindre le seuil de pauvreté.  


Selon l’organisation initiatrice du baromètre du cacao, toutes les grandes entreprises, hormis Mondelez et Nestlé, se seraient engagées à utiliser uniquement du cacao certifié par un label de durabilité d’ici 2020. Actuellement la part de marché du chocolat certifié représente environ 16% de l’ensemble du chocolat vendu dans le monde, contre 2% seulement en 2009.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un soufflé aux œufs brouillés

18/08/2017

Delhaize est à cours d’excuses et Dick Boer perd patience. Voilà ce que nous apprenions cette semaine. L’ambiance y est brouillée, mais ailleurs aussi. Voici votre résumé hebdomadaire par RetailDetail Food !

Douzième trimestre consécutif de croissance pour Walmart

17/08/2017

L’américain Walmart, la plus grande chaîne de supermarchés au monde, a dépassé les attentes des analystes et a enregistré une croissance pour le douzième trimestre d’affilée. La forte croissance du segment online y a largement contribué.

FrieslandCampina se sépare de sa division jus de fruits

17/08/2017

Le groupe de produits laitiers FrieslandCampina a cédé sa division de jus de fruits – dont fait partie notamment la marque Appelsientje – à la société d’investissement néerlandaise Standard Investment.

Dick Boer : « Delhaize perdra un peu de sa liberté »

17/08/2017

Un an après la fusion entre Ahold et Delhaize, le CEO Dick Boer revient sur l’année écoulée. « Nous avons accompli énormément de choses », confie-t-il au journal néerlandais FD, mais « Delhaize perdra un peu de sa liberté. »

Carlsberg augmente son CA, malgré la baisse des volumes

16/08/2017

Durant la première moitié de l’année le CA du brasseur danois Carlsberg a progressé de 2% à 31,8 milliards de couronnes (4,3 milliards d’euros). Cette croissance s’explique par l’augmentation des ventes de bières plus chères, comme la Grimbergen.

Les pertes continuent de s’accumuler chez HelloFresh

14/08/2017

Malgré une hausse spectaculaire du chiffre d’affaires durant les six premiers mois de l’année,  les pertes du livreur de box repas HelloFresh continuent d’augmenter.

Back to top