« Le vrai prix de la viande » est jusqu’à 50% supérieur par rapport au prix du supermarché

« Le vrai prix de la viande » est jusqu’à 50% supérieur par rapport au prix du supermarché
Foto: Shutterstock

Selon une étude, le coût sociétal de la viande est jusqu’à 50% supérieur par rapport au prix que paie le consommateur. Du moins en y incluant les effets nocifs sur l’environnement, le climat, la santé animale et la biodiversité.

La viande de porc devrait coûter 53% en plus

Le vrai prix de la viande est nettement plus élevé que le prix payé par le consommateur au supermarché, estime le cabinet de conseil en environnement CE Delft. La production de viande nuit à l’environnement, au climat, à la santé des animaux et à la biodiversité ; coûts qui pour l’instant ne sont pas répercutés sur le prix de vente.


De plus l’argent déboursé par le gouvernement pour les subsides au secteur et pour combattre les maladies devrait également être pris en compte, estime le cabinet de conseil. En tenant compte de tous ces facteurs, l’étude estime que la viande de porc devrait être 53% plus chère, le poulet +26%  et la viande de bœuf en moyenne +40%. La production de viande nuit particulièrement à la qualité de l’air, du moins aux Pays-Bas où a eu lieu l’étude, indique le rapport ‘Le vrai prix de la viande’ : le fumier animal pollue l’eau et l’air de phosphate et d’ammoniaque. Le cabinet de conseil évalue les dommages annuels causés par la consommation de viande à 4,5 milliards d’euros.


Prix environnementaux pour 2500 produits, y compris le fumier

Cette évaluation des coûts est basée sur un ‘Manuel des prix environnementaux’ rédigé l’an dernier par CE Delft à la demande du Ministère de l’Infrastructure et de l’Environnement des Pays-Bas. Ce manuel détermine les prix environnementaux de 2500 produits (dommages des émissions sur la santé humaine, les écosystèmes et les bâtiments et matériaux, et ce exprimé en euros par kilo d’émissions).


Le cabinet conseil ajoute que pour la consommation de viande tous les facteurs n’ont pas encore été pris en compte, notamment les effets nocifs sur la résistance aux antibiotiques, l’assèchement, le bien-être animal et la santé humaine. Le vrai coût de la viande pourrait donc être encore plus élevé.