« SABMiller accepte l'offre d'AB InBev, l'entité fusionnée restera belge » | RetailDetail

« SABMiller accepte l'offre d'AB InBev, l'entité fusionnée restera belge »

« SABMiller accepte l'offre d'AB InBev, l'entité fusionnée restera belge »

Maintenant que la cinquième offre de rachat d’AB InBev a été acceptée par le conseil d’administration de SABMiller, la Belgique s'apprête à accueillir le siège social de l’une des plus grandes entreprises au monde.

Quatrième augmentation ‘bingo’

L’offre s’élève à 44 livres par action, soit une plus-value d’environ 50% par rapport au cours de l’action SABMiller juste avant l’annonce des projets de rachat. Le brasseur belgo-brésilien AB InBev mettra donc 96 milliards d’euros sur table (en cash et en actions) en vue d’acquérir le numéro deux du marché brassicole, l’anglo-sud-africain SABMiller.


La semaine dernière le conseil d’administration de SABMiller avait rejeté les offres précédentes à hauteur de 38, 40, 42,15 et 43,50 livres, les jugeant nettement insuffisantes. Finalement AB InBev a lancé une offre à 44 livres (59 euros) par action ; proposition que le conseil d’administration de SABMiller s’est engagé à conseiller « unanimement » à tous les actionnaires.


Un géant mondial avec une couverture globale

Le mariage de ces deux géants de la bière donnera naissance à un mastodonte contrôlant environ 30% du marché brassicole. Toutefois le groupe devra se séparer d’un certain nombre de marques dans certaines régions : aux Etats-Unis par exemple les deux groupes réunis détiendraient environ trois quarts du marché brassicole ; une position dominante que l’autorité de la concurrence américaine n’acceptera jamais.


Avec la reprise de SABMiller, Carlos Brito, CEO d’AB InBev (photo), couronne sa stratégie de fusions et de rachats appliquée depuis des années.  Cette acquisition permettra à AB In Bev de s’implanter dans les quelques régions où le groupe n’était pas encore présent (l’Afrique et l’Australie) et de combler les dernières lacunes du puzzle brassicole en Amérique latine.

 

Pour l’instant on ignore encore quel nom portera la nouvelle entité. Selon le communiqué de presse, il semblerait qu’après la reprise AB InBev reste belge : une nouvelle société sera créée regroupant AB InBev et SABMiller et le siège social de la nouvelle entité devrait rester en Belgique.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les supermarchés opposés à la proposition européenne en faveur des agriculteurs

20/02/2018

Les supermarchés s’opposent à la proposition de la Commission européenne visant à accorder des prix plus élevés aux agriculteurs lors des négociations. Selon certains distributeurs des Pays-Bas, d’Allemagne et d’Autriche, cela entraînera des hausses de prix pour le consommateur.

La chaîne de restaurants belge Umamido s’en va conquérir les pays voisins

20/02/2018

La chaîne de restaurants belge Umamido, spécialisée dans les plats à base de nouilles, envisage une expansion internationale l’an prochain et l’ouverture de nouveaux établissements en Belgique. Umamido  sert des rāmen, une soupe à base nouilles d’inspiration japonaise.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Back to top