« Tant que les cacaoculteurs ne toucheront pas un revenu vital décent, on ne pourra pas parler de secteur du chocolat durable »

La certification ne suffit pas à assurer un salaire décent aux planteurs de cacao, affirme Oxfam Fairtrade. L’organisation exhorte le secteur à mettre la barre encore plus haut et sensibilise les consommateurs avec les nouvelles tablettes de chocolat ‘Bite to Fight’.

 

Concentration de pouvoir

Plus personne n’ignore la face sombre de l’industrie chocolatière, observe Bart Van Besien, responsable de la politique chez Oxfam-Magasins du monde. « Les cacaoculteurs vivent dans la pauvreté. Au Ghana et en Côte d’Ivoire, il est aussi question de travail, voire d’esclavage des enfants. Qui plus est, la culture du cacao participe à la déforestation. » Des labels durables tels que Fairtrade, UTZ et Rainforest Alliance gagnent en popularité, mais les résultats de leurs actions restent décevants, déplore-t-il.
 

« Le secteur est en proie à une concentration de pouvoir extrême entre une poignée d’acteurs mondiaux. Les initiatives de ces poids lourds du chocolat ne suffisent pas non plus, et sont parfois même trompeuses. Elles exigent souvent de gros efforts de la part des planteurs – comme l’adoption de techniques de culture plus performantes – sans leur garantir des prix équitables ou une sécurité sur le long terme. La position de faiblesse et de vulnérabilité des cacaoculteurs ne s’améliore par conséquent pas de manière fondamentale, et leurs revenus n’augmentent pas vraiment. Et ce alors que les bénéfices des chocolatiers explosent. »

 

Large fossé

Oxfam attend du secteur qu’il mette la barre plus haut. « Nous sommes les pionniers du commerce équitable. Nous voulons secouer le secteur, lui donner un coup de fouet. Tant que les cacaoculteurs ne toucheront pas un revenu vital décent, on ne pourra pas parler de secteur du chocolat durable. Les fabricants et les chaînes de supermarchés ont une responsabilité en la matière. 62 % du chocolat belge provient de la Côte d’Ivoire. Là-bas, le cultivateur de cacao moyen gagne quelque 2 000 dollars par an, alors que le salaire de subsistance s’élève à environ 6 000 dollars. Ce fossé ne pourra être comblé que si les chocolatiers acceptent de payer leur cacao à un prix supérieur. »
 

Avec ses nouvelles tablettes ‘Bite to Fight’, Oxfam souhaite inciter le consommateur à s’attaquer à la problématique du chocolat durable. Le cacao provient d’une coopérative implantée en Côte d’Ivoire, qui reçoit une prime supplémentaire pour ses fèves : « Nous offrons le prix que les autres refusent de payer. » D’après les calculs de Fairtrade International, le prix de référence par tonne de cacao devrait s’élever à 3 468 dollars pour garantir un salaire décent aux producteurs. En réalité, le prix du marché oscille entre 1 900 et 2 500 dollars. Oxfam s’engage à compenser systématiquement la différence. Les planteurs reçoivent ainsi près du double pour leur cacao, pour un surcoût d’à peine dix centimes par tablette pour le consommateur.

 

Inspirer le secteur

« Si tout le secteur belge du chocolat nous emboîtait le pas, l’impact serait gigantesque. Nous espérons que ses acteurs seront nombreux à suivre notre exemple. L’initiative Beyond Chocolate du secteur chocolatier belge est certainement un pas dans la bonne direction. D’ici 2030 au plus tard, l’objectif est de stopper la déforestation causée par la production de cacao destiné au secteur belge du chocolat et d’assurer un salaire décent à tous les cacaoculteurs. Mais 2030 arrivera plus vite qu’on ne le pense et, pour l’instant, seuls quatre acteurs du marché sont disposés à payer un prix plus élevé : Belvas, Tony’s Chocolonely, Lidl et Oxfam Fairtrade. Nous espérons inspirer d’autres signataires de ce partenariat. »
 

‘Bite to Fight’, le nom donné aux nouvelles tablettes, véhicule un message sans équivoque. L’emballage accrocheur évoque un peu les superhéros des bandes dessinées. « Les planteurs de cacao sont des héros à nos yeux, au même titre que les consommateurs qui font des choix de plus en plus réfléchis et équitables. » Afin de sensibiliser le public à la problématique du chocolat durable, Oxfam organise une action de grande envergure lors de la journée du Magasin du monde, qui clôture traditionnellement la semaine du commerce équitable (du 2 au 12 octobre). Les consommateurs qui se rendent dans l’un des 220 Magasins du monde Oxfam le 12 octobre avec un emballage de chocolat vide de n’importe quelle marque se verront offrir une tablette Bite to Fight de 200 g gratuite. Ce n’est pas la première fois que l’organisation met une telle action d’échange sur pied : « En 2018, nous avons échangé près de 30 000 millions de pots de pâte à tartiner. En 2019, nous visons les 20 000 tablettes de chocolat. »