‘La Ruche qui dit oui’ débarque à Anvers

‘La Ruche qui dit oui’ débarque à Anvers

‘La Ruche qui dit oui’ vient d’ouvrir sa première Ruche anversoise, où les agriculteurs et artisans locaux pourront faire goûter et vendre leurs produits. Précédemment d’autres Ruches se sont déjà installées à Malines, Meise, Wommelgem et Wezembeek-Oppem.

Une alimentation responsable

La nouvelle Ruche anversoise est située au Bar Paniek au Kattendijkdok. D’autres Ruches sont prévues à Gand, Louvain, Bruges et Deurne. Le plate-forme a pour objectif de promouvoir une alimentation écologique, en organisant des marchés fermiers hebdomadaires à différents endroits. Les clients ont la possibilité d’y goûter et acheter les produits des paysans et artisans locaux. Ils peuvent également passer des commandes via la plate-forme online, pour ensuite venir retirer leurs achats sur place.


La plate-forme ‘La Ruche qui dit oui’ a été créée en France il y a cinq ans et compte aujourd’hui quelque 1000 Ruches, réparties en France, en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni.


Prix équitables

Pour la communication avec les producteurs et le développement du réseau local, l’organisation fait appel aux habitants du quartier : « Avec l’ouverture de la première Ruche anversoise nous voulons montrer à tous ceux qui ont à cœur de soutenir l’agriculture et l’horticulture locales, qu’ils peuvent eux-mêmes ouvrir une Ruche dans leur propre quartier », explique la coordinatrice du réseau Hannes Van den Eeckhout .

 

L’organisation tient également à ce que les paysans obtiennent un prix équitable pour leurs produits. Ainsi les producteurs participant aux Ruches touchent 83,3% du prix de vente. « C’est nettement plus que ce qu’ils ne touchent dans d’autres canaux de vente, où ils doivent souvent se contenter de moins de la moitié ou vendent parfois même à perte », ajoute Van den Eeckhout.

 

Tags: