2020 aura été un bon cru pour Edeka

2020 aura été un bon cru pour Edeka
Shutterstock.com

Comme de nombreuses autres chaînes de supermarchés, Edeka a pleinement profité de la crise sanitaire l’année dernière. Une croissance qui repose principalement sur les quelque 3 600 détaillants indépendants du groupe.

 

Croissance de près de 10%

Le plus grand food-retailer d’Allemagne a profité du fait que les consommateurs ont davantage cuisiné chez eux l’an dernier en raison de la fermeture de restaurants et de la généralisation du télétravail. Le chiffre d’affaires du groupe a ainsi augmenté de 9,5% à 61 milliards d’euros, rapporte le Handelsblatt.

 

Cette croissance a notamment été portée par les quelque 3 600 commerçants indépendants d’Edeka, dont le chiffre d’affaires cumulé a bondi de quelque 14,2% à 33,1 milliards d’euros. Le discounter Netto a enregistré une croissance de 7,9% pour un chiffre d’affaires d’environ 14,6 milliards d’euros.

 

Edeka n’est pas le seul retailer allemand pour lequel 2020 a été un excellent millésime. Son grand rival Rewe a récemment fait état de taux de croissance similaires. Et là aussi, ce sont les franchisés indépendants qui ont été le moteur de la croissance avec un gain de plus de 20%. En revanche, Penny , la filiale discount de Rewe, n’a vu son chiffre d’affaires augmenter « que » de 5,4% en Allemagne.

 

Centralisé

Les deux superpuissances ont profité du fait que les consommateurs étaient heureux de pouvoir faire toutes leurs courses à un seul endroit pendant la pandémie au lieu de devoir se rendre successivement dans deux ou trois magasins. Ils ont donc préféré les supermarchés, qui offrent un assortiment plus large. Selon le bureau d’études de marché GfK, les supermarchés ont ainsi gagné des parts de marché sur les discounters.

 

Mais malgré ces excellents résultats globaux, Edeka a également subi les effets négatifs de la crise sanitaire dans certaines régions. Les magasins situés dans des endroits très fréquentés comme les centres commerciaux, les gares ou les aéroports, ainsi que ceux établis dans les régions frontalières ou les zones touristiques ont notamment souffert d’une baisse de la fréquentation, a indiqué la société. La division Commerce de gros du groupe allemand a également vu son chiffre d’affaires se contracter de 11,5%.