AB InBev lance en Europe ses « hard seltzers » hyperpopulaires aux États-Unis

Mike's Hard Seltzer

On le sentait venir, mais AB InBev l’a annoncé officiellement  : Les « hard seltzers », ces boissons alcoolisées à base d’eau gazeuse et d’arôme de fruit, arrivent dans nos contrées. Selon le géant de la bière, la demande augmente rapidement en Europe pour cette boisson si populaire aux États-Unis.

 

Jeunes

Mike’s Hard Seltzer, la marque hard seltzer d’AB InBev, sera lancée en Belgique, en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. Il y aura toutefois de légères différences locales en termes de saveurs : en Belgique, aux Pays-Bas et en France, le brasseur proposera le citron vert, la framboise et la cerise noire, mais en Allemagne, cette dernière sera remplacée par le fruit de la passion.

 

Ces hard seltzers n’ont pas grand-chose à voir avec la bière, si ce n’est qu’à 5%, leur teneur en alcool est proche de celle des pils classiques. Pour le reste, la boisson se compose d’eau gazeuse et d’arômes de fruits. C’est une alternative populaire aux boissons alcoolisées existantes, notamment chez les jeunes : elle est plus facile à boire et pauvre en calories. Mike’s Hard Seltzer, par exemple, revendique 100 calories par boîte de 33cl.

 

Aux États-Unis, sa popularité s’est traduite par un marché pesant aujourd’hui plus de trois milliards d’euros. Au Royaume-Uni où Mike’s Hard Seltzer est disponible depuis 2019, le marché a déjà atteint 600 millions de livres sterling (environ 700 millions d’euros).

 

« Beyond Beer »

« Le segment hard seltzer attire de nombreux nouveaux groupes cibles », a déclaré Elise Dickinson, responsable du marketing pour les hard seltzer chez AB InBev Europe. « Des buveurs de bière aux amateurs de vin ou de spiritueux, tous sont à la recherche d’une alternative rafraîchissante ».

 

Le succès des hard seltzers aide AB InBev à diversifier son portefeuille de boissons. L’entreprise reste certes un brasseur avant tout, mais sa division « Beyond Beer » ne cesse de prendre de l’ampleur. Elle inclut non seulement les hard seltzers, mais aussi les vins, les spiritueux et les cocktails pré-mélangés. La division a enregistré une croissance à deux chiffres en 2020 et affiche désormais un chiffre d’affaires annuel d’un milliard de dollars (800 millions d’euros).