AB InBev lance sa propre boutique en ligne

AB InBev lance sa propre boutique en ligne
Photo : SophieOst / Shutterstock.com

Désormais, le géant brassicole AB InBev propose également un service direct à ses clients depuis une boutique en ligne : Jupilershop. Si vous avez envie d’une bière, vous pouvez vous la faire livrer le lendemain. Étonnamment, le lancement s’est déroulé dans la discrétion la plus totale.

 

Une plateforme encore à petite échelle

En réponse à la demande des consommateurs, AB InBev a, « ces dernières semaines », développé sa propre plateforme de ventes en ligne : Jupilershop, sur laquelle les bières Jupiler, Jupiler 0,0 %, Stella Artois, Leffe Blond et Victoria (la dernière création de la brasserie de Louvain) sont pour l’instant les premières à pouvoir être commandées et livrées à domicile. 

 

La plateforme fonctionne actuellement « à petite échelle », explique la porte-parole, Karolien Cloots, à RetailDetail, car il s’agit encore d’un projet pilote. Bien que l’idée ait été lancée il y a déjà un certain temps, la mise en œuvre s’est accélérée avec la période de confinement, AB InBev ne pouvant plus compter sur le secteur horeca.

 

Livraison le lendemain

La livraison est assurée par un service de courrier, dès le lendemain de la commande. Les frais de livraison s’élèvent à cinq euros, sauf pour les commandes d’au moins 24 canettes ou d’un casier. Dans ce cas, la livraison est gratuite. Indépendamment de ces coûts additionnels, les prix en ligne sont légèrement plus élevés que dans les supermarchés : pour un casier de Jupiler, par exemple, le prix s’élève à 14,19 euros, contre 13,65 euros chez Colruyt Collect&Go.

 

Le géant brassicole souligne qu’il s’agit de la phase initiale : « Nous allons évaluer le processus étape par étape et continuer à l’optimiser », déclare Cloots. La gamme pourra donc également être élargie après évaluation.

 

AB InBev rejoint ainsi toute une série de producteurs de produits de grande distribution qui ont lancé leur boutique en ligne à la suite du confinement imposé pour lutter contre le coronavirus : à l’étranger, PepsiCo et Nestlé ont déjà franchi le pas des ventes directes aux consommateurs