AB InBev ne répond pas aux attentes

AB InBev ne répond pas aux attentes

Au second trimestre, le groupe brassicole AB InBev est resté sur toute la ligne nettement en-dessous des prévisions des analystes, en grande partie à cause de la Coupe du Monde de football de l’année dernière qui avait placé la barre très haut.

Volumes et bénéfices en baisse

Il est difficile de comparer les chiffres de l’année dernière avec ceux de cette année. De plus, le brasseur belgo-brésilien estime que les circonstances économiques sur certains marchés n’étaient pas optimales, et que les mauvaises conditions météo aux Etats-Unis et en Chine ont contribué à ce résultat décevant.

 

AB InBev a enregistré un volume des ventes de 116,8 millions d’hectolitres au second trimestre, nettement moins que les 119 hectolitres de l’année dernière. Le chiffre d’affaires s’élevait à 11,1 milliards de dollars (10 milliards d’euros), bien en-dessous des 12,2 milliards de dollars de l’année précédente. Le bénéfice du groupe a également plongé de 2,6 à 1,98 milliards de dollars (1,8 milliards d’euros).

 

Recul aux Etats-Unis et en Amérique du Sud

Le chiffre d’affaires aux Etats-Unis a baissé de 1,1 %, même si ce marché avait plutôt envoyé des signaux favorables. Cela se reflète également dans les moindres résultats de la marque Budweiser qui éprouve des difficultés à renforcer sa part de marché.  

 

En Amérique du Sud, le volume des ventes a baissé de 8,6% : pas étonnant puisque la Coupe du Monde de football avait assuré une fabuleuse performance l’année dernière. AB InBev prétend qu’elle n’est responsable que de 5,5% du recul, les faibles conditions économiques sont responsables du reste.

 

Malgré les chiffres décevants, AB InBev maintient ses prévisions pour l’année prochaine et s’attend à de meilleurs résultats pour le restant de l’année 2015 : « Nous avons débuté le second semestre avec élan derrière nos marques et initiatives commerciales et nous prévoyons d’accélérer la croissance du chiffre d’affaires pour le restant de l’année, en comparaison avec la première moitié de l’année », précise le plus grand brasseur au monde.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

RetailDetail Food #25 est disponible en ligne

17/11/2017

Comment les commerçants gèrent-ils les clients agressifs en magasin ? Voilà l’un des thèmes abordés dans le 25ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé des exploitants de supermarchés.

Le CEO d’Alpro, Bernard Deryckere, démissionne

16/11/2017

Bernard Deryckere, l’architecte du succès international de l’entreprise de produits laitiers belge Alpro, démissionne après 16 années passées au sein de l’entreprise. Des différends avec le nouveau propriétaire Danone seraient à l’origine de ce départ.

Tesco obtient le feu vert pour « la fusion de l’année » avec Booker

15/11/2017

Ça bouge dans le retail au Royaume-Uni : après l’absorbation de Nisa par Co-op, le leader du marché Tesco va lui aussi augmenter sa part de marché en rachetant le grossiste Booker pour la modique somme de 4,52 milliards d’euros !

L’Inde, terre promise pour les pommes et les poires belges

14/11/2017

Les fruiticulteurs belges s’en vont conquérir l’Inde : pour l’instant ce pays est déjà le principal marché d’exportation hors Europe pour les pommes belges et les poires belges y sont également fortement promues. 

Back to top