Ahold : bénéfice net en baisse de plus de 14%

Ahold : bénéfice net en baisse de plus de 14%

En 2013 Ahold a réalisé un CA relativement stable sur toute la ligne, avec toutefois un bénéfice en baisse. Une pilule amère, car malgré un bon départ l’an dernier, avec notamment de fortes performances d’AH, le 4ème trimestre s’avère décevant.

Un bénéfice insatisfaisant

En 2013 la vente d’ ICA a rapporté pas moins de 1.751 million d’euros au groupe de supermarchés néerlandais Ahold. Hormis cette ‘petite douceur’, le bénéfice net ne s’élève qu’à 786 millions d’euros, contre 915 millions d’euros en 2012, soit une baisse de plus de 14%.


Un bénéfice décevant qu’Ahold réalise sur un chiffre d’affaires annuel de 32,6 milliards d’euros, légèrement en-deçà (-0,2%) du CA de 2012. Le bénéfice opérationnel s’établit à 1,38 milliard d’euros, soit une baisse de 2,3 % par rapport à 2012. La marge opérationnelle est restée quasiment stable : 4,2% en 2013, contre 4,3% en 2012.


Ces résultats annuels ont été fortement influencés par les faibles performances au quatrième trimestre. Durant les trois derniers mois de 2013 le chiffre d’affaires net a chuté de 4,2%, en raison notamment d’une baisse des ventes d’Ahold USA de 2,1% sur base comparable. Aux Pays-Bas la croissance comparable a baissé de 1% au quatrième trimestre, principalement suite à la réduction des dépenses moyennes par client chez Albert Heijn.


La vente d’ICA impacte les résultats

Le bénéfice opérationnel du quatrième trimestre est passé de 355 millions d’euros en 2012 à 320 millions d’euros en 2013, soit un recul de près de 10%.  Une régression qui, selon Ahold, s’explique par une forte augmentation des charges pour les fonds de pension et par les effets de change défavorables suite à l’affaiblissement du dollar américain. Mais même à taux de change identiques le bénéfice reste inférieur de 7,5% à celui du quatrième trimestre 2012.


Le bénéfice net trimestriel, quant à lui,  s’élève à 215 millions d’euros et se situe donc 25 millions d’euros en-deçà de celui réalisé l’année auparavant, soit une régression de 10,4% et de 8,2% à taux de change identiques. Des résultats affectés par la vente d’ ICA, sachant que la joint-venture avec la filiale scandinave avait généré un bénéfice net de 59 millions d’euros au quatrième trimestre 2012.


Maîtrise des coûts et investissements

Tout comme 2013, l’année 2014 pour Ahold s’inscrira sous le signe de la simplification. Ce processus d’épargne permanent, qui devrait permettre au groupe d’économiser 600 millions d’euros, constitue l’un des piliers stratégiques d’Ahold depuis l’introduction de la structure 'Reshaping Retail @ Ahold'. Depuis Ahold est déjà parvenu à réaliser une économie de 485 millions d’euros ; une nécessité  pour maintenir à niveau la marge opérationnelle en ces circonstances économiques difficiles.


Outre les frais, Ahold se préoccupe également des revenus. Ainsi le groupe a investi dans le déploiement d’Albert Heijn en Belgique, mais également dans le développement  de la chaîne d’approvisionnement online. Ahold entend clairement se convertir à l’omnichannel : en 2013 Peapod, bol.com et AH.nl ont enregistré un CA de 1,1 milliard d’euros. Ainsi les activités online ont généré une croissance  du chiffre d’affaires de près de 17% sur base comparable.


L’omnichannel, un must pour Ahold

Ahold projette de développer la chaîne d’approvisionnement online aux USA notamment, en augmentant le nombre de pick-up points de 100 à  plus de 200 d’ici la fin de l’année, mais également  grâce à la mise en service de son tout nouveau centre de distribution entièrement automatisé pour l'e-fulfilment. Celui-ci est  situé au New Jersey, d’où Ahold compte approvisionner  la région new-yorkaise. Une expertise qu’Ahold  appliquera également en Europe.


Alors qu’ aujourd’hui Ahold a tenu à rassurer les actionnaires en annonçant un dividende en hausse de 7%, à l’avenir le succès de l’omnichannel s’avèrera crucial pour contenter toutes les parties concernées.


Cliquez ici pour consulter les chiffres trimestriels et annuels d’Ahold et les commentaires du CEO Dick Boer et le CFO Jeff Carr.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Nouveau CEO pour Nestlé Belgilux

23/11/2017

Nestlé a annoncé avoir désigné Michel Mersch comme nouveau CEO de Nestlé Belgilux. Il succède à Alexander von Maillot, qui occupera une nouvelle fonction au siège principal en Suisse.

Rémy Cointreau : forte croissance grâce à la demande accrue de cognac de luxe en Asie

23/11/2017

Au premier semestre de son exercice décalé, le groupe français de spiritueux Rémy Cointreau a enregistré d’excellents résultats. Son cognac de luxe s’est particulièrement bien vendu, surtout en Chine, au Japon et à Singapour.

Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize investit dans la start-up YouMeal

23/11/2017

YouMeal, une start-up qui aide les exploitations de restaurants à informer leurs clients de la composition de leurs plats, a levé 800.000 euros. L’un des investisseurs est Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize et actuellement président du COIB.

Hausse des ventes en ligne dans le secteur FMCG

22/11/2017

Les courses online sont en hausse de 30%, alors que le marché dans son ensemble n’a progressé que de 1,3%. Actuellement l’e-commerce représente 4,6% dans le segment FMCG. D’ici 2025 ce pourcentage devrait atteindre 10%, soit 145 milliards d’euros.

Nestlé envisage la reprise de Hain Celestial

22/11/2017

Nestlé serait intéressé par la reprise de Hain Celestial, une entreprise alimentaire américaine spécialisée dans la production d’aliments naturels et végétariens. La valeur de l’entreprise est estimée à 3,5 milliards d’euros.

L’Ecosse réalise une première : un prix plancher pour l’alcool

21/11/2017

L’Ecosse réalise une première mondiale : enfin la région a obtenu la permission d’installer un prix plancher pour l’alcool. La loi avait déjà été passé en 2012, mais a été bloqué depuis par des distillateurs de whisky. 

Back to top