Ahold : les investissements pèsent sur les résultats trimestriels

Ahold : les investissements pèsent sur les résultats trimestriels

Au 1er trimestre 2015 le résultat opérationnel d’Ahold a régressé de 0,5% par rapport au 1er trimestre 2014. La marge opérationnelle est elle aussi en baisse de 3,5%. Ces résultats décevants sont la conséquence des investissements d’Ahold dans le renforcement de sa position sur le marché américain et tchèque et dans le développement du segment online.

Ahold optimiste, les analystes déçus

Ahold poursuit ses efforts en vue de renforcer sa position sur le marché américain et online. Aussi le groupe se dit satisfait des performances réalisées au premier trimestre, malgré la pression de ces investissements sur les résultats. Le chiffre d’affaires trimestriel a progressé de près de 15% à 11,3 milliards d’euros, grâce notamment aux effets de change favorables. A taux de change identiques la croissance du chiffre d’affaires s’est limitée à 1,4%. Hors essence le chiffre d’affaires a augmenté de 3,1%.


« Cette tendance positive, malgré le timing défavorable de Pâques, nous rend optimistes. », indique le CEO Dick Boer dans un communiqué de presse. « Au premier trimestre nous avons à nouveau tenté de répondre aux besoins de nos clients en investissant dans les prix, en élargissant et en améliorant notre assortiment, en étendant notre réseau de magasins, en introduisant de nouvelles formules et en renforçant notre offre online. »

 

Toutefois le bénéfice d’Ahold s’est avéré inférieur aux attentes des analystes. Le bénéfice net des activités poursuivies a chuté de 10,2% à 211 millions d’euros, alors que les analystes tablaient sur 257 millions d’euros. En revanche le bénéfice net total d’Ahold a fortement augmenté, mais cette croissance est attribuable en grande partie au fait qu’au 1er trimestre 2014 le groupe a dû comptabiliser une charge non-récurrente de 180 millions d’euros.


Quant au résultat opérationnel du 1er trimestre 2015 il est en baisse de 9% à 346 millions d’euros. Une baisse qu’Ahold explique par les coûts plus élevés liés à la restructuration du staff d’Ahold USA, et à l’acquisition et l’intégration de 49 magasins SPAR en Tchéquie.


Pression sur les marges aux USA et aux Pays-Bas

Aux Etats-Unis le chiffre d’affaires net, à taux de changes constants et hors essence, est en légère hausse de 0,4% par rapport au 1er trimestre 2014. Sur base comparable la croissance du chiffre d’affaires est encore plus modeste avec +0,1%. La marge opérationnelle sous-jacente est en recul de 0,2 point de pourcentage, vu les prix d’achat plus élevés et la décision d’Ahold USA de ne pas répercuter cette hausse des coûts sur les clients. Afin d’augmenter les marges aux Etats-Unis, Ahold USA continue de se concentrer sur le renforcement de ses marques maison.


Aux Pays-Bas le chiffre d’affaires d’Ahold au 1er trimestre a augmenté de 5,7% à plus de 3,7 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires comparable est en hausse de 2,5%. Un belle performance, sachant qu’au 1er trimestre 2014 le chiffre d’affaires comparable était en recul de 1,4%. La marge opérationnelle, par contre, a diminué de 0,6 point de pourcentage à 4,4% (en raison de coûts plus élevés pour les pensions et pour l’action des verres en cristal, selon Ahold). Le résultat opérationnel sous-jacent a régressé de 6,7% à 166 millions d’euros.

 

Investissements dans le segment online

Le segment en ligne d’Ahold se porte bien : tant bol.com qu’Albert Heijn online (ah.nl) ont vu leur chiffre d’affaires progresser de plus de 20%. En Belgique, où Albert Heijn a atteint le cap des 30 magasins, le chiffre d’affaires a connu une forte progression. Quant aux discussions de fusion avec Delhaize, Ahold n’a fait aucun commentaire. « En Belgique nous visons les 50 magasins. C’est notre objectif officiel », a répondu Boer à un analyste s’informant sur la fusion avec Delhaize lors d’une conférence téléphonique.


Les investissements supplémentaires d’Ahold dans le segment online dans le cadre de sa stratégie omnichannel ont réduit la marge de 0,1% aux Pays-Bas par rapport à l’année précédente, indique le groupe. Pour l’ensemble de 2015 Ahold s’attend à une accélération des investissements dans ses activités online, ce qui pèsera sur les marges : celles-ci devraient reculer d’environ 25 points de base en 2015.


Si des frais de pension plus élevés devaient s’ajouter à cela, Ahold prévoit que les marges néerlandaises reculeront d’environ 40 à 50 points de base par rapport au niveau de 2014.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Il y a pire encore

20/10/2017

Travailler dans le secteur FMCG n’est pas une partie de plaisir. Rares sont ceux qui ont le sourire, la plupart souffrent en silence. La preuve dans la rubrique hebdomadaire ironique de RetailDetail Food, truffée cette fois de conseils  utiles.

Metro : légère croissance en 2016/2017

20/10/2017

Selon un rapport provisoire, le chiffre d’affaires de l’allemand Metro a progressé de 1,6% durant l’exercice comptable  2016/2017. Sur base comparable il est également question d’une croissance, bien que minime. Metro se dit satisfait.

Le mauvais temps affecte les ventes de glace d’Unilever

19/10/2017

Durant le trimestre écoulé le géant anglo-néerlandais des produits de grande consommation Unilever a vu ses ventes de glace chuter de 6,7% en Europe. En cause : la météo défavorable durant l’été.

Danone modifie la structure de son management

19/10/2017

Le géant français des produits laitiers Danone a décidé de modifier la structure de son management. Désormais l’actuel directeur général Emmanuel Faber combinera sa fonction avec celle de président du conseil d’administration.

Troisième trimestre difficile pour Carrefour

18/10/2017

Les résultats trimestriels publiés par Carrefour ce mercredi soir illustrent les grands défis à relever par le nouveau CEO et son équipe, et ce principalement en Europe de l’Ouest. En Belgique aussi le chiffre d’affaires comparable est en recul.

Delhaize lance un potager urbain

18/10/2017

Désormais les clients du Delhaize Boondael à Ixelles pourront acheter des légumes fraîchement récoltés sur le toit du supermarché. Ce potager urbain n’est pas un coup publicitaire, mais s’inscrit dans la stratégie de durabilité de l’enseigne au lion.

Back to top