Albert Heijn participe à la plateforme de Tony's Chocolonely

La chaîne de supermarchés Albert Heijn et le plus grand chocolatier au monde Barry Callebaut s’associent à la plateforme Open Chain de Tony's Chocolonely. Les trois entreprises entendent ainsi bannir l’esclavage dans l’industrie du chocolat.


Du cacao traçable, sans esclavage

La chaîne de supermarchés Albert Heijn est la première à s’associer à la plateforme Open Chain, annonce avec fierté le groupe dans un communiqué de presse. La filiale d’Ahold Delhaize s’engage à acheter du cacao traçable pour sa marque Delicata et à payer un prix plus élevé aux coopératives-partenaires de Tony’s Chocolonely au Ghana et en Côte d’Ivoire.


« Nous voulons faire la différence. C’est pourquoi nous pensons qu’il est important de contribuer structurellement à une vie meilleure pour les cultivateurs de cacao. Les lettres en chocolat de Delicata et les barres chocolatées d’Albert Heijn sont les premières à avoir été certifiées UTZ en 2010. A présent nous franchissons une nouvelle étape importante afin de garantir une chaîne du cacao transparente et durable », explique le vice-président Henk van Harn. La recette et le goût de Delicata resteront toutefois inchangés, assure la chaîne.


Un appel au secteur


Barry Callebaut apportera sa contribution en gardant séparé ce cacao du simple chocolat tout au long du processus de production. « C’est fantastique de pouvoir unir nos forces avec l’entreprise engagée qu’est Tony’s Chocolonely et avec Albert Heijn, la plus grande chaîne de supermarchés aux Pays-Bas. Ensemble nous faisons un grand pas pour que d’ici 2025 le chocolat durable soit la norme », commente le CEO Antoine de Saint-Affrique, tout en ajoutant qu’il s’agit également « d’une étape importante pour le secteur ».


Les trois entreprises appellent l’industrie du chocolat à bannir l’esclavage et le travail des enfants dans les plantations de cacao. « La pauvreté extrême est la cause principale des conditions intolérables dans l’industrie du cacao », estime Tony’s Chocolonely. Pour résoudre ce problème il impératif que les entreprises touchent un prix honnête pour leurs produits. Pour atteindre cet objectif la marque propose notamment une série d’outils gratuits, comme le ‘Tony’s Beantracker’ ou encore le ‘Child Labour Monitoring and Remediation System’.


Tony’s Chocolonely a été fondé en 2005 par des journalistes choqués de découvrir que le chocolat était souvent issu de plantations où travaillent des enfants esclaves. L’entreprise d’Amsterdam est depuis peu la plus grande marque de chocolat aux Pays-Bas.