Albert Heijn signe le code de conduite belge de la chaîne agroalimentaire | RetailDetail

Albert Heijn signe le code de conduite belge de la chaîne agroalimentaire

Albert Heijn signe le code de conduite belge de la chaîne agroalimentaire

Après avoir été mis sous forte pression ces dernières semaines, la chaîne de supermarchés néerlandaise Albert Heijn va signer le code de conduite de la concertation de la chaîne agroalimentaire belge.

Collaboration durable et respectueuse

« Les pratiques commerciales équitables et donc le respect entre les différents maillons de la chaîne agricole constituent la base du code de conduite de la concertation de la chaîne agroalimentaire belge. Cela correspond à la mission et la vision d’Albert Heijn tant en Belgique qu’aux-Pays-Bas ; c’est ce qu’Albert Heijn fait quotidiennement », indique le groupe.


Ces dernières semaines  Albert Heijn s’est retrouvé au cœur d’une tempête (médiatique). Une étude a notamment démontré qu’aux endroits où la chaîne hollandaise ouvrait un nouveau magasin, les prix baissaient de 2% en moyenne. Les agriculteurs et horticulteurs belges ont alors tiré la sonnette d’alarme, après quoi le ministre-président flamand Kris Peeters, également ministre de l’agriculture, a  invité Corné Mulders, CEO de AH Belgique, à s’entretenir avec lui à son cabinet.


Une discussion qui porté ses fruits, comme en témoigne la réaction de Chris Peeters : « Je suis heureux d’avoir pu convaincre monsieur Corné Mulders, general manager d’Albert Heijn, de signer le code de conduite belge. »

« Par ailleurs il est très positif que désormais Albert Heijn, dans le cadre de cette concertation de la chaîne agroalimentaire, participe aux discussions en vue de garantir une chaîne agroalimentaire équilibrée. Au plus d’acteurs adhéreront à ce code de conduite et à cette concertation,  plus la chaîne agroalimentaire sera équilibrée ; ce qui ne peut être que bénéfique pour les producteurs, le retail et la distribution. »


Auparavant Albert Heijn avait déjà signé le code de conduite européen, mais le code belge est plus spécifique : il donne une définition plus claire du concept ‘durabilité’ et prévoit des directives en vue de régler des différends.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Des poses torrides dans le rayon des produits frais

20/04/2018

Les experts météorologiques de RetailDetail Food prévoient déjà un été torride pour le secteur des FMCG.  Pourquoi ?  C’est ce que dévoile sans détours notre aperçu hebdomadaire sérieusement épicé.

L’UE vote une loi pour de meilleurs labels bio

20/04/2018

Le Parlement européen a adopté une loi règlementant le secteur bio de manière plus stricte, mais aussi plus juste et plus claire.  C’est notamment via un label bio et des règles d’importation que l’Europe veut soutenir la production bio nationale.

Heineken et Bavaria cherchent leur bonheur hors Europe

19/04/2018

Les groupes brassicoles Heineken et Bavaria enregistrent des chiffres de vente en hausse sur un marché européen de la bière pourtant en difficulté.  Bavaria a réalisé un CA record l’an dernier, tandis que le volume de Heineken a augmenté de 4,3% au trimestre précédent.

Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.