Après Carrefour, c’est au tour de Delhaize de lancer un ‘bar à sushis’

Après  Carrefour, c’est au tour de Delhaize de lancer un ‘bar à sushis’

Depuis le 25 avril le supermarché Delhaize de Waterloo propose à ses clients des sushis, préparés sur place par des maîtres sushis professionnels. Avec ce ’projet pilote’, Delhaize suit l’exemple de son rival Carrefour, qui au niveau de ces spécialités orientales a déjà une sérieuse longueur d’avance dans notre pays.

Projet pilote pour Delhaize …

Grande primeur : le supermarché Delhaize de Waterloo vient d’inaugurer un tout nouveau stand à sushis,  où des « sushimasters » préparent quotidiennement, sous les yeux des clients une grande variété de sushis ultra-frais. L’assortiment comprend une cinquantaine de références, complété par d’autres snacks et boissons  japonais.


« Contrairement à la plupart des sushis », précise Delhaize, il s’agit de sushis à base de poisson  100% durable : « Depuis décembre 2012, tout le poisson frais, donc également celui utilisé pour préparer les sushis, provient de pêche ou d’élevage durable. » Cette initiative, lancée par Delhaize il y a cinq ans et pour laquelle l’enseigne s’est vu décerner un prix dernièrement, est soutenue par le WWF. « Ainsi les sushis du Delhaize ne contiennent pas de thon rouge, mais du thon jaune,  une espèce non menacée et issue d’une pêche durable. »


« Le stand à sushis est un projet pilote, développé  en collaboration avec Sushi Gourmet. Le concept pourrait être déployé vers d’autres supermarchés Delhaize dans les mois prochains », précise l’enseigne.


… déjà 14 bars à sushis chez Carrefour

Alors que Delhaize tâte encore prudemment le marché, son concurrent Carrefour a pleinement adopté le concept. A la mi-avril, le distributeur a ouvert son quatorzième bar à sushis, dans l’hypermarché de Turnhout.


Et avec succès, semble-t-il : « L’un des départements qui connaît un franc succès dans les hypermarchés rénovés, est le bar à sushis, qui propose des sushis, makis et sashimis frais », commente Vera Vermeeren de Carrefour. « Les amateurs de ces petits délices pauvres en calories peuvent composer eux-mêmes leur plateau et l’emporter immédiatement chez eux. Des maîtres sushis professionnels, formés par une école japonaise spécialisée, préparent ces spécialités orientales sur place, tout au long de la journée, sous les yeux des clients. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carlsberg augmente son CA, malgré la baisse des volumes

16/08/2017

Durant la première moitié de l’année le CA du brasseur danois Carlsberg a progressé de 2% à 31,8 milliards de couronnes (4,3 milliards d’euros). Cette croissance s’explique par l’augmentation des ventes de bières plus chères, comme la Grimbergen.

Les pertes continuent de s’accumuler chez HelloFresh

14/08/2017

Malgré une hausse spectaculaire du chiffre d’affaires durant les six premiers mois de l’année,  les pertes du livreur de box repas HelloFresh continuent d’augmenter.

La glace italienne, leader du marché en Europe

11/08/2017

Qui dit cuisine italienne pense inévitablement aux pâtes et aux pizzas, mais les Italiens jouissent également d’une solide réputation pour leurs glaces. Au niveau de la producton ils sont leader du marché européen. 

Le personnel du magasin Albert Heijn à Anvers malade d’inquiétude

11/08/2017

La moitié du personnel du supermarché Albert Heijn à la Groenplaats à Anvers est malade ou absent en raison de l’inquiétude qui règne concernant l’avenir du magasin. Celui-ci doit être cédé suite à la fusion, mais il ne trouve pas acquéreur.

Oprah Winfrey s’associe à Kraft Heinz

10/08/2017

La star américaine de la télé Oprah Winfrey, en collaboration avec Kraft Heinz, a développé une gamme de « potages et plats sains et nourrissants ». Ces produits doivent permettre au groupe de stimuler la croissance du chiffre d’affaires.

« Un seul magasin anversois bloque la fusion Albert Heijn-Delhaize en Belgique »

10/08/2017

La fusion d’Albert Heijn et Delhaize en Belgique n’est toujours pas accomplie. En cause : un seul magasin anversois, que le groupe ne parvient pas à vendre, écrit le journal De Standaard. Et ce un an après la finalisation de la fusion au niveau du groupe.

Back to top