Arrêt de travail spontané chez Aldi : 35 magasins fermés

Arrêt de travail spontané chez Aldi : 35 magasins fermés
Photo : Aldi Nord

Environ la moitié des filiales de la centrale Aldi d’Erpe-Mere sont actuellement fermées. Les employés sont fatigués de la charge de travail excessive et dénoncent la non-prolongation de la prime corona.

 

Négociations en cours

À la suite de l’action menée à la centrale d’Erpe-Mere, au moins trente magasins sont restés fermés ce matin dans les provinces de Flandre orientale, du Brabant flamand et d’Anvers. L’initiative vient du personnel et non des syndicats, mais ceux-ci soutiennent l’action : « Cette action trouve son origine dans l’augmentation de la charge de travail. Surtout chez les directeurs de magasin. Ils travaillent souvent 12 heures par jour et la direction ne veut pas discuter de leur statut avant fin octobre. Les directeurs de magasin souhaitent que le problème soit abordé beaucoup plus rapidement. C’est pourquoi nous soutenons l’action », a déclaré Philipe De Pandelaere (ACV) dans les colonnes du Laatste Nieuws.

 

La charge de travail a considérablement augmenté dans les magasins depuis le début de l’épidémie. L’été a été exceptionnellement lourd, car de nombreux clients sont restés chez eux au lieu de partir en vacances. Le non-renouvellement d’une prime corona – notamment des titres-repas plus élevés – suscite également indignation. Le porte-parole d’Aldi Dieter Snoeck confirme l’arrêt de travail, mais ne veut pas s’étendre sur les problèmes sous-jacents. Le détaillant va discuter avec les syndicats et veut donner toutes les chances de succès à ces négociations : « Il n’est pas exclu que les succursales ouvrent leurs portes dans le courant de la journée. Mais rien n’est acquis à ce stade. »

 

Selon le syndicat socialiste, plusieurs autres établissements se sont associés à l’action, qui implique 35 magasins au total.