Avenir incertain pour le supermarché végan

Avenir incertain pour le supermarché végan

Malgré l’intérêt croissant pour l’alimentation végétale, le modèle des supermarchés végétaliens semble peu viable : Veganz, la première chaîne de supermarchés végans au monde est en difficulté.

Réorganisation

Ces jours derniers des informations contradictoires dans la presse allemande ont semé le trouble : Veganz serait en liquidation. Or cette info semble pour le moins prématurée. Les magasins restent ouverts et sur sa page Facebook la chaîne dément formellement qu’il s’agit d’une faillite. Néanmoins une réorganisation du réseau est en cours.


Au moins quatre des huit points de vente restants fermeront leurs portes. Les autres magasins seront transformés selon un nouveau concept. « Le modèle du supermarché végan est dépassé, suite à l’offre grandissante de produits végétaliens sur le marché », conclut le fondateur Jan Bredack. Malgré l’intérêt croissant pour l’alimentation végétale, la plupart des consommateurs trouvent une offre suffisante dans les supermarchés ‘traditionnels’.


Malgré tout la maison-mère Veganz GmbH devrait survivre. Bredack veut se concentrer sur les activités de gros et le catering. Il livre des produits végétaux notamment à Metro et Familia. Depuis fin 2016 les 34 magasins Albert Heijn proposent eux aussi un assortiment de 16 produits sous la marque Veganz.


Dépassé

Veganz a été fondé en 2011 par l’entrepreneur allemand Jan Bredack, dont l’ambition était de rendre le mode de vie végan à la portée de tous. Bredack lui-même s’est converti au véganisme en 2009, après un burnout, et a constaté qu’il était difficile de trouver suffisamment de produits végétaliens dans les supermarchés.


Veganz ne vend donc aucun produit d’origine animale et ce sous le slogan ‘Wir lieben Leben’. L’assortiment compte environ 4.500 références, dont une grande partie de produits bios. Le retailer se veut accessible  pour tous : 80% des clients ne sont ni végétariens, ni végétaliens, selon Bredack. Il s’agit plutôt de consommateurs désireux de réduire leur consommation de viande et de produis laitiers, pour des raisons de santé ou écologiques.


Après un démarrage réussi à Berlin, la chaîne a rapidement étendu son réseau jusqu’à neuf filiales, notamment à Hambourg, Munich (qui entre-temps a refermé ses portes en août 2016), Frankfort, ainsi qu’en dehors de l’Allemagne, à Vienne et à Prague. Veganz ambitionnait une soixantaine de magasins, ainsi qu’une expansion vers les Etats-Unis, mais n’a jamais été rentable.