Barilla cède face aux protestations gays

Barilla cède face aux protestations gays

Barilla joue pleinement la carte de la diversité. Le fabricant de pâte italien espère ainsi mettre fin à la polémique qu’avait provoqué une déclaration du président du groupe, Guido Barilla (photo), il y a deux mois concernant les couples homosexuels.

Boycott suite à des déclarations déplacées

« Notre famille est de type traditionnel. On ne peut pas contenter tout le monde. Je ne ferais jamais un spot avec un couple homosexuel, pas par manque de respect : ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent, tant qu’ils ne gênent pas les autres. Mais parce que je ne suis pas d'accord avec eux. Nous voulons nous adresser aux familles traditionnelles et les femmes y jouent un rôle crucial ». C’est avec cette déclaration que Guido Barilla (55 ans), président du groupe, a mis le feu aux poudres.


Les réactions ne se sont pas fait attendre : diverses organisations défendant les droits de la communauté homosexuelle ont réclamé le  boycott des produits Barilla et des autres marques du groupe alimentaire. La nouvelle c’est très vite répandue via les réseaux sociaux, qui plus est aux Etats-Unis, l’un des principaux marché du groupe de Parme.


Après les excuses, des mesures concrètes

La polémique prenant une telle ampleur, l’arrière-petit-fils du fondateur, s’est empressé de présenter ses excuses : « Je regrette que mes déclarations aient généré des malentendus ou des polémiques. Je voulais seulement souligner le rôle central de la femme à l'intérieur de la famille».

 

A présent le groupe a laissé entendre qu’il miserait pleinement sur la diversité, non seulement dans ses publicités, mais également au niveau de la gestion de l’entreprise et du personnel. Ainsi les spots Barilla ne présenteront plus uniquement des familles traditionnelles, mais d’autres personnages tels que Alex Zanardi, ancien pilote de Formule 1 handicapé et devenu coureur cycliste handisport ou encore David Mixner, activiste américain défendant les droits des homosexuels, joueront également un rôle de premier plan.


Par ailleurs l’entreprise a créé un service de Diversité & Intégration et un 'global diversity officer' devra veiller à ce que Barilla reste sur le droit chemin. Pour faire preuve de sa détermination, Barilla souhaite être coté selon les critères du Corporate Equality Index, une initiative de la fondation Human Right Campaign, qui évalue les entreprises au niveau de la diversité et la non-discrimination sur le lieu de travail.


Discussions avec des gays

Toutes ces mesures font suite à des contacts et des entretiens que Guido Barilla a eus avec des homosexuels et leurs organisations en Italie et aux Etats-Unis. « Toutes ces réunions nous ont ouvert les yeux sur ce qui se passe ailleurs dans le monde, en dehors de Parme et de l’Italie », précise Luca Virginio, porte-parole du groupe.


Selon certaines sources le boycott aurait réduit de 10% le chiffre d’affaires de Barilla, mais l’entreprise ne confirme, ni ne dément ce chiffre. Pourtant le fabricant italien se serait bien passé de toute cette controverse. En effet suite  à la récession touchant lourdement l’Italie, le groupe traverse une période difficile (l’an dernier le bénéfice net a régressé de 21% à 60 millions d’euros).

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Bientôt une taxe sur la viande ?

12/12/2017

D’ici 5 à 10 ans il y aura une taxe sur la viande, afin de diminuer la consommation de viande qui a de lourdes conséquences sur le climat et la santé. C’est du moins ce qu’estiment bon nombre de  chercheurs et de parlementaires du monde entier.

AB InBev ouvre une nouvelle brasserie en Chine

12/12/2017

AB InBev a ouvert une nouvelle brasserie en Chine, qui avec une capacité de production de 1,5 million de tonnes de bière par an est la plus grande brasserie du groupe en Asie. AB InBev espère ainsi tirer profit de l’essor de la classe moyenne en Chine.

Dr. Oetker à la conquête de la boulangerie industrielle belge

11/12/2017

L’allemand Oetker Gruppe, connu notamment pour ses pizzas surgelées Dr. Oetker, a racheté la boulangerie industrielle belge Diversi Foods, grand fournisseur de pain surgelé aux supermarchés belges et néerlandais.

Back to top