Bientôt le nombre de calories affiché sur les boissons alcoolisées

D’ici peu les fabricants européens de boissons alcoolisées mentionneront le nombre de calories sur leurs étiquettes. Officiellement cette obligation européenne ne s’applique pas à eux, mais bon nombre de marques de spiritueux ont décidé de le faire quand même.


Mention des calories, ingrédients et infos supplémentaires

La fédération européenne des fabricants de spiritueux, Spirits EUROPE, a conclu un accord dans lequel les fabricants de boissons alcoolisées s’engagent à donner davantage d’informations. Outre la quantité de calories, ils afficheront également la liste complète des ingrédients sur leurs labels et online ils donneront davantage d’informations relatives aux produits.


Cet engagement du secteur fait suite à l’appel du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), qui estime que vu la crise d’obésité à laquelle l’Europe est confrontée, il est nécessaire de mentionner sur les emballages le nombre de calories contenues dans les boissons alcoolisées. La Commission européenne avait elle aussi demandé au secteur d’élaborer un plan en ce sens.


Cet accord non contraignant n’est pas valable pour le vin et la bière. L’accord a été signé par 31 fédérations sectorielles nationales et six multinationales (Bacardi-Martini, Beam Suntory, Diageo, Moet Hennessy, Pernod Ricard et Remy Cointreau). Toutefois certains membres de Spirits EUROPE n’ont pas signé l’accord : Brown-Forman, Campari et Edrington.


Une bouteille sur quatre d’ici 2020

Les producteurs participants ont six mois (jusqu’à décembre 2019) pour adapter leurs étiquettes et pourvoir toutes les nouvelles bouteilles produites du nouveau label, rapporte EuroNews. Le nombre de calories sera indiqué par 100 millilitres, mais également par ‘portion recommandée’, ce qui pour les  fabricants de spiritueux était un point important dans les négociations.


D’ici fin 2020 une bouteille sur quatre en Union européenne devrait être pourvue du compteur de calories et d’ici 2022 la proportion devrait être de deux sur trois. Des meetings intermédiaires auront lieu deux fois par an afin d’évaluer la situation. L’impact et l’efficacité de l’initiative seront également contrôlés.