Bio-Planet fête son dixième anniversaire en toute confiance

Bio-Planet fête son dixième anniversaire en toute confiance

“Le bio tend à devenir une norme”, prétend Bio-Planet, la chaîne de supermarchés bio du Groupe Colruyt qui souffle ses 10 bougies et s’estime satisfait du chemin parcouru. Durant cette dernière décennie, le marché belge des produits bio – qu’ils ont contribué à développer selon leurs propres dires –  a véritablement pris son envol et continue à grandir même en temps de crise.

Treize magasins supplémentaires 

Le supermarché Bio-Planet, qui a fêté son 10ième anniversaire, est prêt à passer à la vitesse supérieure. A l’heure actuelle Bio-Planet compte déjà sept magasins (Courtrai, Gand, Bruges, Turnhout, Dilbeek, Malines et Louvain) et 170 collaborateurs, mais la chaîne envisage à terme l’ouverture de treize magasins supplémentaires.

 

La chaîne peut se vanter d’une croissance considérable de ses chiffres durant les dernières années. Bio-Planet a réalisé en 2010 une hausse de son chiffre d’affaires de plus de 27%. Une tendance ascendante qui s’était déjà manifestée l’année d’avant, où le chiffre d’affaires avait augmenté de 19%. Durant les cinq dernières années les achats moyens des clients de Bio-Planet ont progressé de 20% et le nombre de clients connus a augmenté de 105%.

Le secteur Bio résiste à la crise 

Les nouvelles encourageantes émanant du secteur bio sont également un stimulant pour Bio-Planet. Les chiffres annoncés par le bureau d’étude GfK (à la demande du VLAM, Centre flamand de marketing agricole et piscicole) démontrent que le marché des produits bio est  étonnamment résistant à la crise. En 2010 les dépenses bio des familles belges ont augmenté de 20% par rapport à 2009. A cette époque 89,6% des foyers belges avait acheté au moins une fois un produit bio (+ 4,7%).

 

 

 

 

 

 

Selon Philip Sterck, responsable de Bio-Planet, c’est la preuve que la distance entre les produits courants et les produits bio s’amenuise. “Grâce à cette forte croissance le marché évolue et le bio de plus en plus deviendra une norme. Pour certains produits, seule une variante bio sera encore disponible. Dans tous les supermarchés du Groupe Colruyt (Bio-Planet, Colruyt, Okay et Spar Retail) par exemple seuls les kiwis bio sont encore en vente.”

 

 

‘Pionnier  du bio et éco belge’ 

Bio-Planet a clairement joué un rôle de précurseur dans cette évolution, toujours selon Philip Sterck. “Lorsque Bio-Planet a ouvert les portes de son premier magasin à Courtrai il y avait encore de nombreux produits qui n’avaient pas leur variante bio. Aujourd’hui cela ne pose plus aucun problème. Bio-Planet tente de convaincre les producteurs conventionnels de faire le pas vers le bio, comme nous l’avons fait par exemple avec quelques fruiticulteurs belges.”

 

Même au sein du Groupe Colruyt, Bio-Planet a su marquer son empreinte. L’enseigne a contribué à l’introduction de marques biologiques dans d’autres magasins du groupe, dont les produits Bio-time et la marque éco Ecoselect. D’autre part Bio-Planet a été le premier magasin du groupe à tester le concept du magasin basse énergie.

 

“Le bio tend à devenir une norme”, prétend Bio-Planet, la chaîne de supermarchés bio du Groupe Colruyt qui souffle ses 10 bougies et s’estime satisfait du chemin parcouru. Durant cette dernière décennie, le marché belge des produits bio – qu’ils ont contribué à développer selon leurs propres dires –  a véritablement pris son envol et continue à grandir même en temps de crise.

Treize magasins supplémentaires 

Le supermarché Bio-Planet, qui a fêté son 10ième anniversaire, est prêt à passer à la vitesse supérieure. A l’heure actuelle Bio-Planet compte déjà sept magasins (Courtrai, Gand, Bruges, Turnhout, Dilbeek, Malines et Louvain) et 170 collaborateurs, mais la chaîne envisage à terme l’ouverture de treize magasins supplémentaires.

 

La chaîne peut se vanter d’une croissance considérable de ses chiffres durant les dernières années. Bio-Planet a réalisé en 2010 une hausse de son chiffre d’affaires de plus de 27%. Une tendance ascendante qui s’était déjà manifestée l’année d’avant, où le chiffre d’affaires avait augmenté de 19%. Durant les cinq dernières années les achats moyens des clients de Bio-Planet ont progressé de 20% et le nombre de clients connus a augmenté de 105%.

Le secteur Bio résiste à la crise 

Les nouvelles encourageantes émanant du secteur bio sont également un stimulant pour Bio-Planet. Les chiffres annoncés par le bureau d’étude GfK (à la demande du VLAM, Centre flamand de marketing agricole et piscicole) démontrent que le marché des produits bio est  étonnamment résistant à la crise. En 2010 les dépenses bio des familles belges ont augmenté de 20% par rapport à 2009. A cette époque 89,6% des foyers belges avait acheté au moins une fois un produit bio (+ 4,7%).

 

 

 

 

 

 

Selon Philip Sterck, responsable de Bio-Planet, c’est la preuve que la distance entre les produits courants et les produits bio s’amenuise. “Grâce à cette forte croissance le marché évolue et le bio de plus en plus deviendra une norme. Pour certains produits, seule une variante bio sera encore disponible. Dans tous les supermarchés du Groupe Colruyt (Bio-Planet, Colruyt, Okay et Spar Retail) par exemple seuls les kiwis bio sont encore en vente.”

 

 

‘Pionnier  du bio et éco belge’ 

Bio-Planet a clairement joué un rôle de précurseur dans cette évolution, toujours selon Philip Sterck. “Lorsque Bio-Planet a ouvert les portes de son premier magasin à Courtrai il y avait encore de nombreux produits qui n’avaient pas leur variante bio. Aujourd’hui cela ne pose plus aucun problème. Bio-Planet tente de convaincre les producteurs conventionnels de faire le pas vers le bio, comme nous l’avons fait par exemple avec quelques fruiticulteurs belges.”

 

Même au sein du Groupe Colruyt, Bio-Planet a su marquer son empreinte. L’enseigne a contribué à l’introduction de marques biologiques dans d’autres magasins du groupe, dont les produits Bio-time et la marque éco Ecoselect. D’autre part Bio-Planet a été le premier magasin du groupe à tester le concept du magasin basse énergie.

 
Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top