Bio-Planet fête son dixième anniversaire en toute confiance

Bio-Planet fête son dixième anniversaire en toute confiance

“Le bio tend à devenir une norme”, prétend Bio-Planet, la chaîne de supermarchés bio du Groupe Colruyt qui souffle ses 10 bougies et s’estime satisfait du chemin parcouru. Durant cette dernière décennie, le marché belge des produits bio – qu’ils ont contribué à développer selon leurs propres dires –  a véritablement pris son envol et continue à grandir même en temps de crise.

Treize magasins supplémentaires 

Le supermarché Bio-Planet, qui a fêté son 10ième anniversaire, est prêt à passer à la vitesse supérieure. A l’heure actuelle Bio-Planet compte déjà sept magasins (Courtrai, Gand, Bruges, Turnhout, Dilbeek, Malines et Louvain) et 170 collaborateurs, mais la chaîne envisage à terme l’ouverture de treize magasins supplémentaires.

 

La chaîne peut se vanter d’une croissance considérable de ses chiffres durant les dernières années. Bio-Planet a réalisé en 2010 une hausse de son chiffre d’affaires de plus de 27%. Une tendance ascendante qui s’était déjà manifestée l’année d’avant, où le chiffre d’affaires avait augmenté de 19%. Durant les cinq dernières années les achats moyens des clients de Bio-Planet ont progressé de 20% et le nombre de clients connus a augmenté de 105%.

Le secteur Bio résiste à la crise 

Les nouvelles encourageantes émanant du secteur bio sont également un stimulant pour Bio-Planet. Les chiffres annoncés par le bureau d’étude GfK (à la demande du VLAM, Centre flamand de marketing agricole et piscicole) démontrent que le marché des produits bio est  étonnamment résistant à la crise. En 2010 les dépenses bio des familles belges ont augmenté de 20% par rapport à 2009. A cette époque 89,6% des foyers belges avait acheté au moins une fois un produit bio (+ 4,7%).

 

 

 

 

 

 

Selon Philip Sterck, responsable de Bio-Planet, c’est la preuve que la distance entre les produits courants et les produits bio s’amenuise. “Grâce à cette forte croissance le marché évolue et le bio de plus en plus deviendra une norme. Pour certains produits, seule une variante bio sera encore disponible. Dans tous les supermarchés du Groupe Colruyt (Bio-Planet, Colruyt, Okay et Spar Retail) par exemple seuls les kiwis bio sont encore en vente.”

 

 

‘Pionnier  du bio et éco belge’ 

Bio-Planet a clairement joué un rôle de précurseur dans cette évolution, toujours selon Philip Sterck. “Lorsque Bio-Planet a ouvert les portes de son premier magasin à Courtrai il y avait encore de nombreux produits qui n’avaient pas leur variante bio. Aujourd’hui cela ne pose plus aucun problème. Bio-Planet tente de convaincre les producteurs conventionnels de faire le pas vers le bio, comme nous l’avons fait par exemple avec quelques fruiticulteurs belges.”

 

Même au sein du Groupe Colruyt, Bio-Planet a su marquer son empreinte. L’enseigne a contribué à l’introduction de marques biologiques dans d’autres magasins du groupe, dont les produits Bio-time et la marque éco Ecoselect. D’autre part Bio-Planet a été le premier magasin du groupe à tester le concept du magasin basse énergie.

 

“Le bio tend à devenir une norme”, prétend Bio-Planet, la chaîne de supermarchés bio du Groupe Colruyt qui souffle ses 10 bougies et s’estime satisfait du chemin parcouru. Durant cette dernière décennie, le marché belge des produits bio – qu’ils ont contribué à développer selon leurs propres dires –  a véritablement pris son envol et continue à grandir même en temps de crise.

Treize magasins supplémentaires 

Le supermarché Bio-Planet, qui a fêté son 10ième anniversaire, est prêt à passer à la vitesse supérieure. A l’heure actuelle Bio-Planet compte déjà sept magasins (Courtrai, Gand, Bruges, Turnhout, Dilbeek, Malines et Louvain) et 170 collaborateurs, mais la chaîne envisage à terme l’ouverture de treize magasins supplémentaires.

 

La chaîne peut se vanter d’une croissance considérable de ses chiffres durant les dernières années. Bio-Planet a réalisé en 2010 une hausse de son chiffre d’affaires de plus de 27%. Une tendance ascendante qui s’était déjà manifestée l’année d’avant, où le chiffre d’affaires avait augmenté de 19%. Durant les cinq dernières années les achats moyens des clients de Bio-Planet ont progressé de 20% et le nombre de clients connus a augmenté de 105%.

Le secteur Bio résiste à la crise 

Les nouvelles encourageantes émanant du secteur bio sont également un stimulant pour Bio-Planet. Les chiffres annoncés par le bureau d’étude GfK (à la demande du VLAM, Centre flamand de marketing agricole et piscicole) démontrent que le marché des produits bio est  étonnamment résistant à la crise. En 2010 les dépenses bio des familles belges ont augmenté de 20% par rapport à 2009. A cette époque 89,6% des foyers belges avait acheté au moins une fois un produit bio (+ 4,7%).

 

 

 

 

 

 

Selon Philip Sterck, responsable de Bio-Planet, c’est la preuve que la distance entre les produits courants et les produits bio s’amenuise. “Grâce à cette forte croissance le marché évolue et le bio de plus en plus deviendra une norme. Pour certains produits, seule une variante bio sera encore disponible. Dans tous les supermarchés du Groupe Colruyt (Bio-Planet, Colruyt, Okay et Spar Retail) par exemple seuls les kiwis bio sont encore en vente.”

 

 

‘Pionnier  du bio et éco belge’ 

Bio-Planet a clairement joué un rôle de précurseur dans cette évolution, toujours selon Philip Sterck. “Lorsque Bio-Planet a ouvert les portes de son premier magasin à Courtrai il y avait encore de nombreux produits qui n’avaient pas leur variante bio. Aujourd’hui cela ne pose plus aucun problème. Bio-Planet tente de convaincre les producteurs conventionnels de faire le pas vers le bio, comme nous l’avons fait par exemple avec quelques fruiticulteurs belges.”

 

Même au sein du Groupe Colruyt, Bio-Planet a su marquer son empreinte. L’enseigne a contribué à l’introduction de marques biologiques dans d’autres magasins du groupe, dont les produits Bio-time et la marque éco Ecoselect. D’autre part Bio-Planet a été le premier magasin du groupe à tester le concept du magasin basse énergie.

 
Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top