Carrefour à son tour ouvre un magasin sans caisse

Le distributeur français Carrefour testera son propre concept de magasin sans caisse l'année prochaine. A l'exemple d’Amazon Go, les caméras et la reconnaissance faciale assureront un système de caisse entièrement automatisé.

 
Une première pour Paris

La revue spécialisée française Linéaires rapporte qu'une société de quatre personnes a été créée pour démarrer le projet, à commencer par un petit magasin-test à Massy (près de Paris). Dans un premier temps, seuls les employés de la chaîne elle-même seraient autorisés à entrer dans ce magasin de 56 m². Le système utilise des caméras pour suivre ce que les clients mettent dans leurs paniers d'achats, et le paiement se fait par reconnaissance faciale.

 

Pour ce magasin-test, Carrefour pourra faire usage de ses expériences acquises en Chine grâce à un point de vente similaire, en collaboration avec Tencent. Dans la ville portuaire de Shanghai, les Français ont donc ouvert ‘Le Marché’, un magasin-test où la reconnaissance faciale peut également être utilisée lors du paiement. L’échelle du magasin chinois est néanmoins totalement différente puisque celui-ci mesure pas moins de 4000 m².

 

Les retailers cherchent une réponse à Amazon

En testant un magasin sans caisse, Carrefour souhaite s’armer contre le danger d'Amazon qui, avec ses magasins Amazon Go, teste depuis quelque temps la réaction du public face aux magasins sans caisse. Il existe déjà sept magasins Amazon Go en Amérique, et plus précisément à Chicago, San Francisco et Seattle. New York devrait également accueillir un tel magasin très bientôt. L’entreprise américaine serait également en train de jeter son dévolu sur la France depuis un certain temps. Son objectif est d’y bouleverser le marché de l'alimentation et Carrefour semble vouloir s’y préparer en lançant ce magasin-test.

 

Le rival Casino possède également un magasin sans caisse dans le centre de Paris. En Belgique, les filiales de Colruyt, Okay et Spar, font également des tests similaires. Dans le reste de l’Europe, nous avons Albert Heijn et l’entreprise britannique Sainsbury’s : suffisamment de raisons pour que l’entreprise qui a son siège social à Boulogne Billancourt se lance également dans cette technologie.