Carrefour acquiert la chaîne bio française So.bio

Carrefour acquiert la chaîne bio française So.bio

L’acquisition de So.bio par Carrefour révèle les ambitions bios du groupe. So.bio est une chaîne bio locale qui compte huit magasins dans le sud-ouest de la France. Par ailleurs, la chaîne souhaite se déployer sur l’ensemble du territoire national.

Déploiement sur l’ensemble du territoire français

La chaîne de magasins So.bio propose des produits alimentaires locaux et bios en respectant la chaîne d’approvisionnement la plus courte possible. Aujourd’hui, la formule compte huit succursales dans le sud-ouest de la France, et deux nouveaux magasins ouvriront bientôt leurs portes. Carrefour qui a repris la formule pour un montant qui n’a pas été divulgué, a déclaré avoir l’intention d’étendre So.bio à tout le territoire français.

 

« So.bio est l’un des meilleurs concepts spécialisés en bio en France, grâce à l’excellente qualité des produits proposés, au positionnement prix, au savoir-faire des équipes et à une gestion efficace », déclare Benoit Soury, direction bio cher Carrefour.

 
Quatre fois plus de bio en cinq ans

Avec So.bio, le géant retail souhaite être en mesure d’offrir des produits bios tout au long de la chaîne de distribution : allant des magasins spécialisés en bio, en passant par le biowebshop Greenweez acheté par Carrefour précédemment, jusqu’aux coins bios dans les supermarchés traditionnels. Pour sa part, la formule bio espère bénéficier de « l’expertise complémentaire et des ressources humaines et financières du groupe Carrefour », déclare Jean-Marc Lachat, co-fondateur.

 

Dans sa nouvelle stratégie, Carrefour s’est fixé l’objectif de réaliser un chiffre d’affaires en produits bios de 5 milliards d’euros d’ici cinq ans. C’est quatre fois plus qu’aujourd’hui. Le marché bio français est actuellement en pleine mutation, selon la revue spécialisée LSA. Intermarché a récemment investi dans Les Comptoirs de la Bio, une chaîne bio qui compte 141 magasins, et Leclerc prévoit également d’ouvrir 200 magasins bios d’ici cinq ans.