Carrefour Belgique au cœur de la tempête … dans un verre d’eau ? | RetailDetail

Carrefour Belgique au cœur de la tempête … dans un verre d’eau ?

Carrefour Belgique au cœur  de la tempête … dans un verre d’eau ?

Carrefour  s’est retrouvé au cœur d’une tempête médiatique à son insu. Un rapport d’analyse d’ING, sonnant le glas pour Carrefour Belgique, a suscité de vives réactions. Une tempête dans un verre d’eau ? Nous avons posé la question à trois spécialistes belges du retail.

Se focaliser sur le marché intérieur …

Tout ce remue-ménage a été provoqué par les analystes boursiers français d’ING, qui ont décidé de passer d’une recommandation ‘vendre’ à ‘conserver’ sur le titre Carrefour. Raison de cette recommandation : attendre de connaître la stratégie qu’adoptera Georges Plassat, qui en juillet, lors de l’assemblée générale du distributeur, occupera officiellement sa fonction de nouveau PDG.


Les analystes d’ING estiment que pour sauver Carrefour, le n° 2 mondial de la distribution devra réduire l’échelle de ses activités. A noter qu’il s’agit là d’un conseil d’ING, car Carrefour n’a rien communiqué en ce sens. Dans certains pays – toujours selon ING - la chaîne devra faire table rase,  afin de se concentrer sur ce qui importe ‘vraiment’ pour le distributeur.


Car l’essentiel demeure le marché intérieur. La France avec un chiffre d’affaires  d’environ 39,5 milliards d’euros (sur un total de 91,5 milliards d’euros) en 2011, représente encore 43,2% du chiffre d’affaires  global du groupe et 39,6% du résultat d’exploitation. Alors où faut-il dégraisser ? Tant les analystes ING que le professeur Gino Van Ossel soulignent qu’il serait absurde de se retirer des marchés émergents tels la Chine et le Brésil. . Ils citent en première ligne l’Argentine, l’Italie, la Malaisie, la Pologne, la Roumanie, Taïwan et la Turquie.


… et se défaire du superflu                                                                                                          Carrefourstore

Vive émotion lorsqu’il s’avère que la Belgique figure parmi les pays à rayer. Notre pays est cité en deuxième ligne – donc moins menacé selon les         analystes -  avec la Grèce. Toutefois, selon le spécialiste de la distribution Chris Opdebeeck de MarketingMap, les choses n’en arriveront pas là. « Plassat va très certainement commencer par analyser la situation en profondeur, avant de prendre de telles décisions. »


 D’autre part , lors de la communication des résultats semestriels au mois d’août, qui selon toute attente confirmeront la tendance à la baisse que Carrefour affiche depuis deux ans déjà, le nouveau PDG aura certainement une annonce à faire, et de préférence une annonce spectaculaire  pour calmer les esprits des actionnaires mécontents. Carrefour devra sans conteste à nouveau changer de stratégie. Georges Plassat doit s’attendre à une tâche extrêmement lourde. Reste à savoir si la Belgique en payera les frais.


La Belgique remonte la pente

« La Belgique a déjà subi sa réorganisation. Il y a deux ans le distributeur a fermé les hypermarchés déficitaires et a mené de sérieuses restructurations. A présent Carrefour Belgique se porte bien mieux, » estime Gino Van Ossel, professeur à la Vlerick. « Après une série de 7 trimestres à croissance négative du chiffre d’affaires à périmètre constant, Carrefour a connu  4  trimestres à croissance positive. L’année 2011 dans son ensemble affichait une croissance positive des chiffres à périmètre comparable. Bien entendu la base de comparaison est faible après l’année catastrophe 2010, mais ce qui frappe c’est que l’on constate l’inverse chez son rival Delhaize, » explique Chris Opdebeeck.


carrefourmarketEn effet en 2011, Delhaize a vu pour la première depuis des années son chiffre d’affaires (à base comparable) évoluer en sens négatif, avec pour les deux premiers trimestres un statu quo et au troisième et quatrième trimestres respectivement -0,4% et -1,5%. « Le Français, Gérard Lavinay s’en sort assez bien à la barre de Carrefour Belgique, compte tenu des circonstances difficiles », conclut Jorg Snoeck de RetailDetail.


« Carrefour petit à petit remonte la pente dans notre pays. Ce qui en soi peut être positif si le siège central français décide de céder ses activités belges, mais toutefois c’est peu probable », selon Jorg Snoeck. Pour attirer des investisseurs, les possibilités de croissance sont insuffisantes. La possibilité qu’Ahold rachète Carrefour Belgique est elle aussi minime, s’accordent à dire  OpdeBeeck et Van Ossel. Chris Opdebeeck évoque la barrière de la langue, alors que Van Ossel considère surtout les hypermarchés de l’enseigne comme un obstacle : « Ahold ne veut pas de grands magasins. »

 

La Belgique n’est pas la victime la plus plausible

Les experts en retail interrogés ont donc leurs doutes quant à la thèse émise par les analystes d’ING. « Cela ne signifie pas pour autant que leur rapport ne contient pas des éléments de vérité. Ces analystes observent le marché et connaissent les enjeux, » souligne Jorg Snoeck, fondateur de RetailDetail. Il n’est pas impossible que Carrefour fasse table rase dans certaines régions.


Ce ne serait pas la première fois que Carrefour se retire d’un pays. Pour ne citer que quelques exemples : en 2005 Carrefour s’implante en Algérie, pour en repartir quatre ans plus tard et pour se lancer ensuite au Maroc. En 2009 Carrefour fait un trait sur la Russie et l’Italie du Sud, tout en préparant durant la même période son retrait du Portugal -  l’une des premières filiales étrangères du groupe.


Il ne serait donc nullement surprenant que Carrefour revoie ses activités internationales. Mais la Belgique ne semble pas la victime la plus plausible.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


HelloFresh augmente ses investissements au détriment du bénéfice

14/08/2018

Malgré la promesse d'un bénéfice pour la fin de l'année, le livreur de box repas HelloFresh opte finalement pour de nouveaux investissements. Après un solide 2ème trimestre, l'entreprise mise sur la croissance aux Etats-Unis.

Le shopping sans caisse également disponible chez OKay

13/08/2018

Après les magasins Spar de Colruyt Group, l'enseigne OKay (Compact) adopte à son tour le shopping sans caisse. Avec l'app ‘Scan. Pay. Go.’ les clients n'ont plus besoin de faire la file à la caisse.

AB InBev veut enivrer l'Afrique

09/08/2018

Pour AB InBev l'Afrique est le marché de l'avenir. Le brasseur nourrit de hautes ambitions sur le continent : la prospérité et la population, qui de plus en plus appricie la bière, y augmentent rapidement.

Lidl met des voitures à disposition des shoppers

08/08/2018

"Votre propre voiture pour faire vos courses", voilà comment Lidl présente son nouveau service d'autopartage sur les parkings de ses supermarchés. Pour ce projet le discounter collabore avec Mazda Carsharing.

Ahold Delhaize : CA en baisse, bénéfice en hausse

08/08/2018

Alors qu'aux USA le CA d'Ahold Delhaize est sous pression, Delhaize Belgique confirme la tendance positive déjà perceptible au 1er trimestre, grâce aux 'légumes magiques'. Sur le plan online le groupe est sur la bonne voie.

Chez Walmart des robots préparent les commandes

07/08/2018

Le géant américain de la grande distribution Walmart teste des robots capables de préparer les commandes en ligne : ils collectent les produits secs, réfrigérés et surgelés dans l'entrepôt, tandis que le personnel se charge de choisir les produits frais.