Carrefour clôture une année difficile

Carrefour clôture une année difficile

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Faibles performances

Sur l’ensemble de l’exercice 2017 Carrefour a réalisé un chiffre d’affaires de 88,2 milliards d’euros. La croissance comparable s’est limitée à 1,6%, contre 3% en 2016. Le groupe prévoit un bénéfice opérationnel d’environ 2 milliards d’euros, soit une baisse de 15%. Selon le retailer, ces faibles performances sont dues aux ventes décevantes du segment food, principalement durant le deuxième semestre. Par contre les ventes dans le segment non-food sont en hausse. L’enseigne est sous pression sur son marché domestique français, tandis que les coûts de distribution et les investissements augmentent.


Néanmoins le quatrième trimestre affiche une légère amélioration, avec une croissance comparable de 1,9%. En France Carrefour a tiré profit d’un Black Friday fructueux et d’une bonne fin d’année. L’Espagne et l’Italie restent à la traîne, tandis que la Pologne et surtout la Roumanie ont progressé. Et la Belgique ? Au quatrième trimestre l’enseigne y a enregistré une croissance like-for-like de 0,8% à 1,2 milliard d’euros. Sur l’ensemble de l’année 2017 le chiffre d’affaires a quasi stagné à 4,4 milliards d’euros, une hausse minime de 0,3%.


Mardi 23 janvier le CEO Alexander Bompard exposera son plan de transformation. L’on s’attend à ce qu’il intensifie les activités e-commerce. Le retailer vient d’ailleurs de prendre une participation minoritaire de 17% dans le site de ventes événementielles en ligne Showroomprivé. Autres mesures attendues : l’ouverture dominicale des hypermarchés, le franchisage de filiales, le renforcement du partenariat avec Fnac Darty, la fermeture de magasins non rentables et une simplification de l’organisation, avec d’éventuels licenciements aux sièges principaux. En Belgique aussi les syndicats et les employés attendent le 23 janvier avec appréhension.