Carrefour et Provera visés par le gendarme de la concurrence

L’Autorité belge de la Concurrence (ABC) examine si Carrefour et Provera (groupe Louis Delhaize) ont enfreint les règles de la concurrence dans le cadre de leur accord de collaboration. Ce lundi une perquisition a eu lieu au siège social des deux entreprises.


Alliance d’achat

Ce lundi un communiqué de l’ABC évoquait « des perquisitions auprès d’entreprises actives dans le secteur de la grande distribution », sans mentionner de noms. Carrefour Belgique en premier a confirmé à la presse qu’une perquisition avait été effectuée ce lundi à son siège social. L’enseigne dit se conformer à la loi et coopérer pleinement à l’enquête. D’autre part il semble que le gendarme de la concurrence ait également perquisitionné chez Provera Belux, une centrale d’achats regroupant Cora, Match et louis delhaize. Celle-ci dit être étonnée de ce contrôle, mais apporte sa pleine collaboration à l’enquête.


Le motif de ces perquisitions semble être l’accord de collaboration conclu fin 2018 entre Carrefour et Provera. Désormais Carrefour Belgium négocie avec les 140 principaux fournisseurs FMCG non seulement pour ses quelque 800 magasins en gestion propre en Belgique (hypermarchés, Market, Express et Drive), mais également pour les quelque 600 points de vente belges et luxembourgeois affiliés à Provera. Cet accord fait de Carrefour Belgique la deuxième plus grande centrale d’achat en Belgique.


Selon le journal De Tijd, des fournisseurs auraient déposé une plainte, jugeant que depuis la formation de l’alliance ils doivent octroyer trop de réductions à la centrale d’achat, sans contre-performance. Les fabricants disposeraient de conversations et d’e-mails compromettants pour  Carrefour et Provera. L’ABC souligne toutefois qu’il s’agit juste d’une enquête. Reste à voir s’il y a réellement eu des infractions.