Carrefour ouvre son premier ‘soft discount’ dans le Nord de la France

Carrefour vient d’ouvrir le premier des cinq magasins pilotes de son enseigne Supeco à Valenciennes, près de la frontière belge. Ainsi le distributeur français fait son come-back dans l’univers du discount, où il avait déjà été actif par le passé avec l’enseigne Dia, cédée depuis.


Concept hybride

Début août nous vous annoncions déjà que Carrefour projetait de déployer sa formule discount Supeco (déjà présente avec 23 magasins en Espagne, 15 en Roumanie, deux en Pologne et un en Italie) sur son marché domestique. Hier le premier des cinq magasins pilotes prévus en France pour l’instant a ouvert ses portes ; l’ouverture du deuxième situé non loin de là à Onnaing aura lieu le 25 septembre. A chaque fois il s’agit de magasins qui jusqu’à présent opéraient sous l’étendard Market.


Carrefour qualifie la formule de ‘soft discount’, un terme que le groupe définit comme « un concept de magasin hybride, à mi-chemin entre un supermarché traditionnel et un cash & carry ». Contrairement à la version espagnole (qui ressemble davantage à un entrepôt rempli de palettes), les magasins français sont moins spartiates : ils proposent un assortiment de 2000 références avec 500 marques, donc nettement moins que les 15.000 références d’un Market. En outre, 200 produits y sont disponibles en vrac.


« Région sensible aux prix »

Discount ou non, Supeco met l’accent sur le frais et dispose même d’un véritable département boucherie et boulangerie. Le département ‘non-alimentaire’ n’a pas d’assortiment fixe, mais une offre variable. Pour le paiement les clients ont le choix entre les caisses automatiques et les caisses avec personnel. Détail étonnant en cette époque omnicanal : Supeco n’est pas actif dans l’e-commerce, ni dans d’autres services typiques des supermarchés français (songez aux points de retrait drive, aux stations-service ou encore à la location de voitures).


Le fait d’avoir opté pour le Nord de la France pour tester ce nouveau concept discount est un choix réfléchi, explique le directeur Pascal Clouzard. Il dit avoir choisi Valenciennes « parce c’est une zone très sensible aux prix. Ce nouveau format de supermarché soft discount manquait à l’arsenal de Carrefour. C’est un supermarché de 1300 m² dans lequel les prix sont très tirés, surtout en épicerie et dans les rayons frais. On a innové, avec des caisses traditionnelles et d’autres qui fonctionnent avec une application sur smartphone, le numéro du directeur pour parler avec lui en WhatsApp. L’économie, on la fait sur le nombre de références : là, vous avez deux références de petits pois en conserve, au lieu de 7, 8 ou 10 ailleurs. On gagne de l’argent et du temps en logistique. »