Chocolat Jacques ne fêtera pas son centenaire

Un fameux coup dur pour les amateurs belges de chocolat : la chocolaterie Jacques met la clé sous le paillasson juste avant son centième anniversaire. Septante emplois sont menacés.

 
Déficitaire depuis 2011

L’entreprise Baronie originaire de Flandre occidentale qui est le propriétaire de la Chocolaterie Jacques affirme que l’usine est déficitaire depuis qu’elle a été vendue par Barry Callebaut en 2011. A l’époque, l’usine d’Eupen s’était vue retirer la production du chocolat. Depuis, on lui livre le chocolat en vrac qu’elle transforme ensuite en barres ou en pralines, une activité qui ne semble pas être rentable malgré les nombreux investissements faits.

 

Baronie souhaite fermer l’usine au mois de mai 2019, exactement 99 ans après la création de l’entreprise Chocolaterie Jacques SA et 97 ans après l’ouverture de l’usine à Eupen. En 1936, l’entreprise est entrée dans les livres d’histoire en inventant le bâton de chocolat. Elle s’est ensuite développée pour atteindre un effectif de 250 personnes. La popularité de la marque s’est encore accrue grâce aux images insérées dans toutes les barres.
 

La perte d’un gros client britannique signifie probablement la fin de l’usine d’Eupen, même si les syndicats croient encore à un sauvetage. Pour Baronie,  l’entreprise originaire de Furnes, c’est déjà la quatrième fermeture d’usine en peu de temps, après Duc D’O à Kruibeke (2016) et deux usines aux Pays-Bas.