Cinq initiatives contre les pertes alimentaires

Cinq initiatives contre les pertes alimentaires

Chez nous comme ailleurs dans le monde, les supermarchés et producteurs prennent des initiatives intéressantes pour éviter les pertes alimentaires ou affecter une destination pertinente aux surplus d’aliments. 

 

Exemples

 

1. Le webshop portugais www.goodafter.com vend des produits alimentaires ayant presque atteint ou même dépassé leur "date de durabilité minimale" moyennant des réductions jusqu’à -70%. Cette initiative entend sensibiliser les consommateurs à la différence entre la "date de durabilité minimale" (DDM) et la "date limite de consommation" (DLC). Ainsi, le webshop poursuit un triple objectif : éviter les pertes alimentaires, sensibiliser les gens au sens des dates de péremption et permettre aux ménages d’économiser sur leurs achats alimentaires. Les auteurs de cette initiative envisagent aussi d’ouvrir des points de vente physiques.

 

2. Walmart, la plus grande chaîne de supermarchés au monde, a également compris que la confusion relative aux dates de péremption peut être source de gaspillage. Aux États-Unis, il n’existe aucune législation fédérale en la matière, et le détaillant a découvert que l’on utilisait pas moins de 47 termes différents sur ses emballages. Voilà pourquoi Walmart a demandé aux producteurs de ses produits en label privé d’utiliser désormais la mention “Best if used by” sur les produits susceptibles d’être conservés, car ce terme ne suggère pas que le produit devient “mauvais” après dépassement de la date. 

 

3. Les normes de tri draconiennes pour les fruits et légumes sont une autre cause de pertes alimentaires. Pourtant, un concombre tordu n’est pas moins délicieux. Le fruiticulteur Joran Vuye de Renaix a fondé l’entreprise Re-Fruit afin de vendre des fruits "difformes", en collaboration avec des cultivateurs locaux. Un webshop est en cours d’élaboration. 

 

4. Dans le même ordre d’idée, des cultivateurs français ont imaginé le label “Gueules Cassées” pour les fruits et légumes qui n’ont pas un aspect parfait mais méritent tout de même d’être consommés. Et avec succès : plus de 5 000 magasins vendent d’ores et déjà les produits, et l’offre sera étendue aux produits emballés, comme le fromage ou les céréales pour le petit déjeuner. Le label s’est également internationalisé. 

 

5. La chaîne de supermarchés néerlandaise Dirk van den Broek lance le label 'Opnieuw verpakt' ("Réemballé"). Les produits dont l’emballage a été abîmé pendant le transport sont dotés d’un nouveau film cellophane et proposés moyennant une belle réduction, afin de ne pas finir au rebut.