Colruyt arrête sa collaboration avec 34 fournisseurs non-européens

Colruyt arrête sa collaboration avec 34 fournisseurs non-européens

L’année dernière le distributeur Colruyt a arrêté sa collaboration avec 34 fournisseurs non-européens, en raison de mauvaises conditions de travail ou pour avoir refusé de nouveaux audits par le groupe belge. Les fournisseurs,  chinois pour la plupart, produisent notamment des jouets, de la décoration saisonnière et des articles de jardin, vendus chez Colruyt, DreamLand, DreamBaby et ColliShop.

Amélioration visible lors des suivis d’audits

En 2012 Colruyt a effectué 117 audits, pour lesquels l’entreprise a investi 80.000 euros. 56 nouveaux fournisseurs ont été contrôlés pour la première fois en 2012. Pour les 61 fournisseurs restants il s’agissait d’un suivi d’audit : la moitié d’entre eux environ avait amélioré la situation par rapport au premier contrôle.


Colruyt affirme que d’année en année les conditions s’améliorent. Néanmoins le nombre de collaboration auquel met fin le distributeur a augmenté : en 2011 seuls 25 fournisseurs étaient concernés. Les irrégularités les plus souvent constatées étant le nombre excessif  d’heures supplémentaires et les salaires peu élevés, ainsi qu’un manque de protection sociale.


Cette année Colruyt a programmé au moins 56 audits, dont 18 pour un premier contrôle et 38 pour un suivi d’audit. Ce nombre pourrait augmenter durant les mois prochains. Contrairement aux audits précédents, les contrôles s’appliqueront également aux fournisseurs de produits alimentaires. Pour ce faire Colruyt collaborera avec la plateforme internationale Business for Social Compliance Initiative.


Nécessité de contrôler les sous-traitants

Le mois dernier l’importance de contrôles plus sévères quant aux conditions de travail, principalement dans des entreprises asiatiques, a été tristement démontrée par la catastrophe survenue à Dhaka (Bangladesh), suite à l’effondrement d’une usine textile, tuant plus de 1200 travailleurs.


Depuis dix ans déjà Colruyt effectue des audits en vue de contrôler les conditions de travail chez ses fournisseurs non-food non-européens. Des bureaux d’audit internationaux agréés y ont vérifié dans quelle mesure les usines respectaient la législation locale et les conventions de l’Organisation Internationale du Travail.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’Ecosse réalise une première : un prix plancher pour l’alcool

21/11/2017

L’Ecosse réalise une première mondiale : enfin la région a obtenu la permission d’installer un prix plancher pour l’alcool. La loi avait déjà été passé en 2012, mais a été bloqué depuis par des distillateurs de whisky. 

Carrefour accepte les sacs et les boîtes réutilisables aux comptoirs

20/11/2017

Après un projet pilote réussi à l’Hypermarché Carrefour de Bierges, tous les Hypermarchés Carrefour et les Carrefour Market en gestion propre acceptent désormais les sacs à vrac et boîtes réutilisables des clients aux comptoirs en service.

Greenpeace parodie la publicité de Noël de Coca-Cola

20/11/2017

Pour pas mal de gens la pub de Noël de Coca-Cola à la télé signifie le vrai début de la période de Noël. Cette année, Greenpeace en a fait une parodie, dans laquelle l’organisation attire l’attention sur la pollution causée par le fabricant de sodas.

Alibaba investit 2,5 milliards dans une filiale d'Auchan

20/11/2017

Alibaba vient de prendre une participation de 36 % dans Sun Art Retail Group. Avec 450 supermarchés, ce dernier est la deuxième chaîne de supermarchés en Chine ; le détaillant français Auchan en est par ailleurs le principal actionnaire.

Filet Pur: Une question d’indigestion

17/11/2017

Dans certains quartiers généraux la tension monte a vue d’œil, mais pour les gourmets la semaine s’est plutôt bien déroulée. Vous avez raté quelque chose ? Voici le résumé hebdomadaire joyeusement gratiné de RetailDetail Food !

« De gardienne d’enfants à commerçante »

17/11/2017

Marieke Vermeire exploite le Carrefour Express de la Luikersteenweg à Hasselt aux côtés de son mari. « Le hasard a voulu que Carrefour recherche des franchisés pour exploiter ce magasin juste au moment où nous envisagions de nous lancer. »

Back to top