Colruyt et Okay bannissent les espèces de poisson menacées de leur assortiment

Colruyt et Okay bannissent les espèces de poisson menacées de leur assortiment

Colruyt et Okay annoncent avec fierté que désormais ils ne vendront plus d’espèces de poisson menacées. C’est pourquoi certains poissons ont été retirés de l’assortiment. Ainsi Colruyt suit l’exemple de Delhaize, qui depuis 2009 collabore avec le WWF pour lutter contre le problème de surpêche.

Une étude indépendante

En septembre 2012 le Groupe Colruyt s’est engagé à supprimer toutes les espèces de poisson menacées de son offre. Depuis l’assortiment a été évalué par l’Institut de Recherche sur la Pêche et l’Agriculture sur base de 4 critères de durabilité : les populations de poissons, l’impact écologique, la politique de pêche et le bien-être animal.


Pour obtenir de meilleurs scores dans le cadre de cette étude, Colruyt, en association avec ses fournisseurs, a tenté de trouver des alternatives, notamment des nouvelles de zones de pêche ou encore des méthodes de pêche durables. N’ayant pas trouvé d’alternatives entre autres pour le barbeau, le loup de mer ou encore le merlu du Cap, Colruyt a décidé de les rayer de son assortiment, indique Tony De Bock responsable de la promotion des produits chez Colruyt.


Pour garantir qu’aucune espèce de poisson menacée n’aboutisse dans les rayons des supermarchés, les deux chaînes feront évaluer chaque année leur assortiment de poisson sauvage. Si la situation change, des alternatives seront recherchées.


Les poissons d’élevage font eux aussi l’objet d’initiatives positives : ainsi à partir du mois de décembre le pangasius affichera le label ASC (Aquaculture Stewardship Council), garantissant un élevage dans le respect de la nature et dans des conditions de travail correctes.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Une boîte vide, remplie d’air

08/12/2017

Le supermarché n’est qu’une poubelle remplie de nullités, voilà ce que nous apprenions cette semaine, parmi d’autres infos FMCG captivantes que saint Nicolas nous a apportées dans sa hotte. Voici votre résumé hebdomadaire mitonné par RetailDetail Food!

Walmart ne veut plus être perçu comme un simple magasin

07/12/2017

Le géant américain de la grande distribution Walmart a décidé de changer son nom légal ‘Wal-Mart Stores’ en 'Walmart' tout court, car à l’ère du e-commerce l'enseigne se veut plus qu’une simple chaîne de magasins physiques.

Les frères Mestdagh se retirent de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh

05/12/2017

Les frères Eric et John Mestdagh ont décidé de se retirer de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh à partir de l’été prochain. Ils resteront néanmoins impliqués dans les stratégies à long terme de l’entreprise.

Ahold fait la leçon à Delhaize : il faut innover plus rapidement

05/12/2017

Delhaize doit innover plus rapidement et c’est au directeur d’Albert Heijn, Wouter Kolk, d’apprendre aux Belges comment s’y prendre, affirme Dick Boer, CEO d’Ahold Delhaize dans une interview surprenante, où il évoque également Amazon et bol.com.

La bière d’AB InBev 3% plus chère à partir de l’an prochain

05/12/2017

A partir du 1er janvier les bières d’AB InBev coûteront en moyenne 3,04% plus cher. Pour le secteur de l’horeca la hausse de prix s’élèvera à 3,12% et pour les magasins à 2,83%. Cette mesure concerne l’ensemble de l’assortiment.

Les accises élevées pèsent sur l’industrie alimentaire belge

05/12/2017

L’an dernier l’industrie alimentaire belge a progressé d’environ 3%. Toutefois cette croissance est entièrement attribuable à l’exportation, car sur le marché intérieur on observe un recul de 1,7%, et ce pour la première fois en dix ans.

Back to top