Colruyt : le bénéfice ne suit pas la courbe ascendante du chiffre d’affaires | RetailDetail

Colruyt : le bénéfice ne suit pas la courbe ascendante du chiffre d’affaires

Colruyt : le bénéfice ne suit pas la courbe ascendante du chiffre d’affaires

Durant le premier semestre de son année comptable 2012/2013, la chaîne de supermarchés Colruyt a réalisé un chiffre d’affaires de 4,067 milliards d’euros, soit une hausse de 6,2 % par rapport à la même période de l’année fiscale 2011/2012. Néanmoins, suite à la forte concurrence, le bénéfice net n’a progressé que de 1,2% à 160,6 millions d’euros. Les parts de marché du groupe  en contrepartie gagnent du terrain.

Forte croissance du chiffre d’affaires

Les trois quarts du chiffre d’affaires  de Colruyt proviennent  du segment retail, qui pour le semestre dernier – débutant en avril pour se terminer fin septembre – affiche un chiffre de vente de 3,068 milliards d’euros, c.-à-d.  5,1% de plus par rapport à l’année d’avant.


De ce chiffre d’affaires retail, 2,565 milliards d’euros ont été générés par les 227 magasins opérant sous l’enseigne Colruyt, ce qui équivaut à une hausse de 5,4% par rapport au premier semestre de l’année comptable 2011/2012. Selon le management cette avancée est due à leur politique du plus bas prix, qui a attiré davantage  de clients dans les magasins. En effet la part de marché durant cette période a augmenté de 0,73% pour atteindre les 25,9%.


Les 85 magasins Okay et les 7 Bio-Planet ont eux aussi réalisé de belles performances. Le chiffre d’affaires y a grimpé de 10,4% pour s’établir à 258,2 millions d’euros. L’ouverture de magasins supplémentaires et  l’arrivée de nouveaux clients ont contribué à booster le chiffre de vente.

 

Le consommateur français est  séduit

En France le segment retail division food affiche également d’excellents résultats avec une croissance du chiffre d’affaires de 19,2% à 107,6 millions d’euros. Selon Colruyt le consommateur français lui aussi commence à apprécier les prix réduits de l’enseigne. Pourtant les activités françaises de Colruyt sont encore déficitaires pour l’instant, suite aux investissement dans les prix et l’ouverture de nouveaux magasins. Colruyt compte actuellement 61 magasins dans l’Hexagone.


Le tableau est moins rose par contre pour les commerces non-food du groupe Colruyt, à savoir DreamLand et DreamBaby. Suite à la crise et un été médiocre, le chiffre d’affaires stagne à 99,7 millions d’euros. Cette année 2 nouveaux magasins Dreamland, ainsi que trois nouveaux DreamBaby ont ouvert leurs portes, ce qui porte le nombre total de points de vente à  48.


Commerce de gros & foodservice

La deuxième branche du groupe Colruyt est celle du commerce de gros & foodservice. Celle-ci durant le premier semestre a généré un chiffre d’affaires de 688,9 millions d’euros (soit une hausse de 6,6%) et représente ainsi 16,9% de la totalité des ventes Colruyt.  Cette branche comprend également les livraisons aux indépendants affiliés et depuis cette année à ses propres  enseignes  Spar et Coccinelle. Sur base comparable le chiffre d’affaires n’aurait progressé que de 2,1%. Grâce à ses prix concurrentiels, cette formule a su réaliser une croissance du chiffre d’affaires par m², ce qui se traduit par une augmentation limitée de la part de marché.


Dans le département foodservice français, Pro à Pro, filiale de Colruyt, a conclu un important contrat d’approvisionnement avec Sodexo, ce qui durant l’année comptable prochaine devrait amener un chiffre d’affaires supplémentaire de plus de 120 millions d’euros sur base annuelle.


Autres activités

Les autres activités du groupe de Hal ont généré 369,3 millions d’euros (une hausse de 13,1%) et représentent  donc  9,1% de l’ensemble des ventes. Il s’agit principalement ici des résultats des stations-service DATS24, qui ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 18,1% grâce à une hausse des volumes (+ 8,8%) en combinaison avec des prix plus élevés par litre (+5,6%).

 

La croissance des ventes ne se traduit pas dans le bénéfice

Malheureusement ces belles performances ne se traduisent pas par une évolution analogue du bénéfice. Le bénéfice brut n’a progressé que de 3,4%. La forte concurrence dans le secteur retail est responsable de la baisse de la marge bénéficiaire brut de 25,2% l’année dernière à 24,5% aujourd’hui. Colruyt ne parvient pas à répercuter entièrement  l’augmentation des prix d’achat sur le client, tendance qui se poursuivra très certainement durant le deuxième semestre.

 

Par ailleurs Colruyt a été confronté à des impôts plus élevés. En effet le taux de taxation est monté  de 29,6% à  29,7% et le groupe s’attend à ce que ce pourcentage continue à augmenter. Si les mesures gouvernementales avaient déjà été en vigueur le 30 septembre, ce taux s’élèverait maintenant  à 30,3%.

 

Fin septembre le groupe Coluyt comptait 23.700 employés, soit 400 de plus par rapport à l’année dernière.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La chaîne de restaurants belge Umamido s’en va conquérir les pays voisins

20/02/2018

La chaîne de restaurants belge Umamido, spécialisée dans les plats à base de nouilles, envisage une expansion internationale l’an prochain et l’ouverture de nouveaux établissements en Belgique. Umamido  sert des rāmen, une soupe à base nouilles d’inspiration japonaise.

La Jupiler disparaît des rayons durant quelques mois

20/02/2018

AB InBev lance un coup de pub étonnant : sa marque phare Jupiler disparaîtra des rayons durant quelques mois. Afin de ‘soutenir’ les Diables Rouges lors de la Coupe du Monde (ou pour en tirer profit) la marque s’appellera temporairement ‘Belgium’.

Colruyt participe au service de courses de PostNL

20/02/2018

Aux Pays-Bas le nouveau service Stockon, en collaboration avec PostNL, livrera désormais les courses à domicile toutes les deux semaines. A noter que les marques maison portent le label Boni, la marque propre de la chaîne de supermarchés belge Colruyt.

Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

A l’exemple de la France, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes. Le lait coûtera 1,05 €, afin que les agriculteurs obtiennent une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Le groupe d’achat européen Agecore met la pression sur Nestlé

16/02/2018

Le groupe d’achat européen Agecore menace de retirer 160 produits Nestlé de sa liste à moins que l’entreprise suisse n’octroie de meilleures conditions. Colruyt, Coop et Edeka, entre autres, font partie du groupe Agecore. 

Back to top